La femme parfaite est une connasse ! dixit Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard auteurs de ce guide de survie à gagner dès aujourd’hui..

Comme promis, Anne-Sophie Girard, Marie-Aldine Girard et les éditions J’ai Lu vous font gagner 10 exemplaires de LA FEMME PARFAITE EST UNE CONNASSE !.

Anne-Sophie et Marie-Aldine © David Ignaszewski/koboy Flammarion.

 

Pour jouer, comme indiqué dans le précédent post, La femme parfaite est une connasse ! Gagnez le livre que toutes les filles s’arrachent, il vous faudra raconter une petite anecdote dans l’espace commentaires. Me dire dans quelle situation vous vous êtes senti(e)s -les garçons peuvent jouer aussi-, ridicule ou simplement triste en essayant d’être parfait(e). Vous pouvez jouer jusqu’au dimanche 12 mai à minuit.

Vous ramez? Vous voulez que je vous aide ? Marie-Aldine Girard m’a raconté qu’il y a sept ans, alors qu’elle était déjà journaliste à Ce soir (ou jamais !) elle cachait VOICI sous Le Monde Diplomatique ouvert en grand sur son bureau… «Alors que la lecture de cet hebdo people ne faisait pas de moi une moins bonne journaliste et que je lisais également Courrier international, Libé etc…» . Voilà c’est tout simple.

En attendant de trouver une anecdote, voici l’interview d’Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard, humoriste et journaliste de 32 ans, qui écrivent à leur façon et celle de l’époque, une sorte de suite au best-seller Le ras-le-bol des superwomen que Michèle Fitoussi, journaliste à ELLE, avait publié en 1987 (Calmann-Lévy). Moins sociologique, plus cash et parfois trash, ce petit guide malin raconte sur un ton léger une génération, ses espoirs déçus, ses failles et surtout sa formidable façon de dépasser tout cela avec humour.

“COMME ON N’EST PAS PARFAITES, AUTANT RÉUSSIR NOTRE IMPERFECTION !”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Comment est née «LA FEMME PARFAITE EST UNE CONNASSE !» que vous présentez comme un “guide de survie pour les femmes normales” ?

ANNE-SOPHIE GIRARD. Christophe Absi, directeur de collection chez J’ai Lu connaissait mon travail d’humoriste et celui de ma sœur journaliste, Marie-Aldine. Quand il a lancé une collection Humour chez J’ai Lu, il nous a demandé d’écrire à quatre mains un livre sur la Saint-Valentin ou sur le couple. Autant dire que ça n’est pas un sujet qui me passionne. Je n’ai rien à dire sur la Saint-Valentin, mais vraiment rien à dire. Et encore moins sur le couple, bizarrement !

MARIE-ALDINE GIRARD. Ce thème ne nous concernait que peu. On lui a répondu qu’on n’avait rien à proposer qui n’ait été fait avant, aucun nouvel angle.

ASG. On ne voulait pas d’un énième livre sur le couple mais on a rappelé Christophe deux jours après pour lui proposer La femme parfaite est une connasse, une idée qui n’avait rien avoir avec son projet initial.

MAG. Ça faisait longtemps qu’on pensait à un livre comme celui-là. On voulait regrouper plein de choses qu’on avait vues et vécues avec nos amies, des p’tites phrases d’apéro notées dans un Black Book qui est dans mon sac depuis six ans. Et on est parties là-dessus.

ASG. Marie-Aldine a un p’tit Moleskine noir dans lequel on note toutes les phrases, les théories des copines. Ça peut être les théories fumeuses qui apparaissent à trois heures du matin, les bons mots…

MAG. On avait le titre avant d’avoir le livre !

“ON VOULAIT FAIRE THE BRO CODE AU FÉMININ”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. C’était suffisant pour convaincre un éditeur ?

ASG. Ma sœur et moi adorons The Bro Code de Barnie Stinson de la série How I met your mother et nous avions envie de faire l’équivalent féminin. En relisant les notes du Black Book, on a réalisé qu’on avait matière à écrire un livre de cent cinquante pages. Il y a un thème par page. Ça va de : «Comment garder sa dignité quand on est bourrée à comment réagir devant un bébé laid en passant par comment reconnaître le gay du faux ?». Christophe Absi a dit banco et fixé une date de remise de manuscrit. On avait trois mois pour l’écrire ! C’était court car moi, je ne me considérais pas comme auteur de livre.

Au Bout les jeudis et samedis à 20h15.

LEBLOGEMMEQUIRIT. En même temps, pas mal des «théories» du livre figurent également dans le spectacle «Anne-Sophie Girard fait sa crâneuse*» vous avez gardé le même ton pour ce livre.

ASG. Ah oui, complètement ! Il y a pas mal de choses qui font partie de mes sketches parce que c’est mon univers et mes copines. On a inventé plein de théories comme celle du Pot de cacahuètes qu’il faut tenir à bonne distance, au moins 80 cm de ton bras; Les courbes du niveau d’alcoolémie :

-1er niveau:  tu rappelles ton ex.

-2ème niveau : tu perds ton portable.

-3ème niveau : tu commences à être persuadée de pouvoir résoudre le confit israélo-palestinien.

-Dernier niveau : tu commences à tenir des propos incohérents sur le 11 septembre.

“ON PEUT PLEURER DEVANT UNE CACAHUÈTE POUR PEU QU’ELLE AIT L’AIR TRISTE”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Comment avez-vous travaillé ?

ASG. J’ai l’habitude d’écrire avec plusieurs personnes et chaque fois c’est une méthode différente (Ndlr : Anne-Sophie est également scénariste pour les séries Roxane, La vie sexuelle de ma pote diffusée sur Chérie 25 et En famille diffusée sur M6). Avec Marie-Aldine, on a vraiment fait un travail à quatre mains. Travailler avec sa jumelle vous fait gagner un temps fou. On peut se dire clairement les choses, on ne prend pas de pincettes et on s’est engueulées beaucoup.

MAG. Notre gémellité facilite les choses. On n’a pas eu besoin de s’expliquer longtemps. Quand l’une commence une phrase, l’autre la continue. La difficulté c’était de faire rire l’autre. Si on y parvenait, c’était gagné. On a pris des thèmes chacune de son côté puis on se réunissait autour d’apéros parfois avec des copines qui venaient donner leur avis.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Par quoi votre gémellité se caractérise-t-elle ?

ASG. Marie-Aldine est plus que ma meilleure amie. Je la considère comme moi en mieux. On est très fusionnelles sans que ce soit handicapant ou maladif comme on le voit chez certains jumeaux. Nous, c’est juste comme l’amour d’une mère pour son enfant. Moi, par exemple, il peut m’arriver n’importe quoi, je m’en fous tant que ma sœur va bien. S’il lui arrive quelque chose, je souffre plus qu’elle ne souffre. Je suis très louve et je le suis également avec mes copines et copains.

MAG. Je ne crois pas qu’on aurait pu faire ce livre l’une sans l’autre. De toutes façons, si on n’avait pas été jumelles, on aurait été meilleures amies.

“AVEC CE LIVRE, ON PARLE DE DÉCULPABILISER LES FEMMES”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Etes-vous sensibles au même type d’humour ?

MAG. Absolument, on a excatement le même humour. On pleure et rit aux mêmes moments devant un film. On peut éclater de rire ensemble au cinéma alors que le reste de la salle est indifférent. C’est assez surprenant pour les autres. On peut pleurer devant une cacahuète pour peu qu’elle ait l’air triste. On est assez bon public.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Il y a beaucoup de livres dits «pour les filles» quand ils ne sont pas carrément appelés «girly». En quoi LA FEMME PARFAITE EST UNE CONNASSE! se distingue-t-il de toutes ces publications ?

MAG. On ne s’est pas pris au sérieux en l’écrivant. C’est pas de la chick-lit. Je n’ai rien contre la littérature de poulettes; moi qui suis une journaliste dite sérieuse sur une émission intello, j’en ai lu et j’assume. Je n’ai jamais vu de livre comme le nôtre ! Il y a The Bro Code mais c’est pour les garçons. Il n’y a rien pour les filles. Nous, on parle de déculpabiliser les femmes. Avec ce livre, on assume des choses et on n’essaie pas de se mettre en valeur. Même s’il y a des choses assez humiliantes, il n’y a a rien de dramatique à les raconter.

Anne-Sophie au premier plan, Marie-Aldine© Flammarion.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Avez-vous écrit ce guide en réaction aux livres et articles de presse sur les mères parfaites qui abondent aux Etats-Unis et gagnent les médias européens ?

ASG. Oui et tous ces livres qui disent que la Parisienne reste mince tout en continuant à manger les bons fromages et la bonne cuisine de son pays. Que la Française est comme ceci…C’est-de-la-poudre-aux-yeux ! On a un chapitre qui dit : «Une fille qui ne grossit pas est une fille qui ne mange pas !». On le sait depuis longtemps, on le dit depuis peu.

MAG. Je constate que des questions qu’on pensait avoir résolues reviennent en force comme le retour à l’allaitement, les couches lavables…Aujourd’hui, pratiquement 70% de femmes allaitent contre 20% dans la précédente génération. On vous juge si vous n’allaitez pas, si vous ne préparez pas les purées bio pour votre bébé, si vous n’avez pas retrouvé la ligne quinze jours après avoir accouché…

“ON AIMERAIT ÉCRIRE LA MÈRE PARFAITE EST UNE CONNASSE !”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Votre livre parle de la femme parfaite et évoque, au passage, la mère parfaite qu’elle est censée devenir…

ASG. On a fait un chapitre ‘La mère parfaite est une connasse’ et j’aimerais bien écrire un livre là-dessus même si on n’est pas encore mamans (on a mis un astérisque : «note de l’éditeur : commencez déjà par vendre celui-ci !»). On a emmagasiné déjà les témoignages de nos copines qui culpabilisent de voir que leur enfant a les mains sales, qu’il est mal coiffé ou qu’elles arrivent en retard à la crèche. Elles se sentent comme une merde et se retrouvent jugées par des Bree Van de Kamp qui sont parfaites mais certainement très malheureuses. Ça me ramène à l’un de mes sketches sur Clothilde qui porte en hiver un manteau blanc immaculé alors que toi tu as un vernis déjà écaillé. J’ai une amie dont le vernis était tout écaillé et qui a senti le regard désapprobateur d’une collègue se poser sur ses ongles. Honteuse, elle a affirmé que c’était sa petite fille qui avait tenté de le lui poser.

MAG. Une copine est allée chez le gynéco pour l’écho du quatrième mois de grossesse. Elle monte sur la balance et annonce un kilo de moins à son médecin… parce qu’elle avait un collier un peu lourd ? Elle m’explique que de toutes façons, sa gynéco ne vérifie pas. Là, je me demande quel est le projet ! Pourquoi ment-elle à sa gynéco ? Ça va être des pépites pour le prochain bouquin !

“CONNASSE, C’EST UN MOT QUE J’AIME DEPUIS TOUJOURS. IL N’EST PAS NÉGATIF”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Pourquoi utiliser le mot connasse que l’on retrouve d’ailleurs dans le nom du plateau d’humoristes du Connasses Comedy Club* dont Anne-Sophie fait partie ?

ASG. Quand on a fait le Connasse Comedy Club, c’est moi qui avais apporté le titre et j’y tenais énormément. Il y avait eu un gros débat à l’époque et je savais que si je ne l’utilisais pas dans le cadre de ce plateau, j’aurais l’opportunité de l’utiliser ailleurs. C’est un mot que j’aime depuis toujours, je ne le trouve pas négatif.

MAG. C’est juste un mot qu’on aime comme le mot “enfoiré” qui est entré dans le langage. On n’arrive pas à le définir et on n’a même pas essayé. Ce n’est pas un mot péjoratif.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Le mot connasse ne vous choque pas ?

ASG. Absolument pas ! Un jour un mec m’a demandé: «Ça va le Pétasses Comedy Club ?», et j’étais super choquée ! J’ai trouvé ça grossier, vulgaire. Pour lui c’était la même chose alors que pour moi, ça n’a rien à voir. Connasse, c’est classe ! J’adore ce mot !

MAG. Il y a de la tendresse derrière ce mot. Dans le sud, on dit beaucoup connasse. Pour autant, on ne s’appelle pas comme ça entre nous. On s’appelle «poulette», les «woo»… un mot qu’on a toutes tatoué à un endroit différent de notre corps, nos copines et nous. Connasses, nous le sommes aussi. Il y a de la tendresse dans tout ça.

“LA FEMME PARFAITE EST CELLE QU’ON NE SERA JAMAIS CAR ON EST ARRIVÉES À UN ÂGE Où ON EN A FAIT LE DEUIL”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Alors qu’est-ce qu’une connasse ?

ASG. Pour moi, il n’y a pas vraiment de définition. On est tous la connasse de quelqu’un et on a tous une connasse en nous. C’est le côté négatif, le dark side, la face obscure mais comme toute face obscure, elle nous rend des fois services et peut-être très rock n’roll. Il faut que j’arrive à trouver une définition à connasse…

MAG. La «femme parfaite» du titre est celle contre laquelle on veut lutter, celle qu’on ne sera jamais étant donné qu’on est arrivées à un âge où on en a fait le deuil. On a envie de répandre la bonne parole et d’expliquer que ce n’est absolument pas grave de ne pas être parfaite. Dans le contexte de ce livre, c’est la femme qui réussit tout. C’est la mère parfaite qui est aussi une maîtresse parfaite au lit avec son mari, une femme qui est toujours bien mise et qui a trouvé un boulot parfait, dont les enfants ont reçu une éducation parfaite car elle-même a reçu une parfaite éducation. Elle parvient à jongler avec tout et son mari est lui aussi parfait.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous en connaissez beaucoup ?

MAG. Non, ça n’existe pas ! On nous fait croire qu’elle existe mais ce n’est pas vrai. Une femme qui affirme : «C’est génial, je fais l’amour toute la nuit avec mon mari, le lendemain, je me réveille fraîche pour conduire les enfants à l’école et je file ensuite au travail heureuse et tout le temps de bonne humeur »… ça n’existe pas ou alors, elle est complètement dépressive et, à un moment ou un autre, ça craque.

ASG. La connasse est peut-être parfaite mais on ne partirait pas en vacances avec elle !

Anne-Sophie Girard sur scène.

“NOUS ON FAISAIT LES CHORÉGRAPHIES RIGOLOTES MAIS ON DISPARAISSAIT AU MOMENT DES SLOWS”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous dites avoir fait le deuil de la femme parfaite …

MAG. C’est celle qu’on n’a pas voulu être. Depuis toutes petites, on s’est rendu compte qu’on n’était pas comme les autres. On était jumelles, on était un peu plus grandes (Ndlr : 1m79 aujourd’hui). On est du sud et on parle un peu plus fort que les autres…On avait envie d’expliquer qu’on ne serait pas cette femme idéale et qu’il ne fallait pas culpabiliser de ne pas l’être.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Selon vous à quoi ressemblait cette femme parfaite quand elle était petite ?

MAG. C’était la fille qui était déjà la star du collège par exemple. Nous, on était les rigolotes et on faisait quand même partie des populaires. On était les sympas, celles qu’on prenait dans le bus, celles qui faisaient rire…

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Et que les garçons invitaient à danser ?

MAG. Ah non ! Nous, on était celles qui faisaient des chorégraphies rigolotes au milieu de la piste mais qui s’en allaient au moment des slows !

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Et vous en avez souffert de ne pas être de celles qu’on faisait danser?

MAG. A un p’tit moment on en souffre toutes. Celle qui prétend ne jamais en avoir souffert est une menteuse ! Mais la roue tourne et c’est ce qu’on raconte dans le livre. Quand on regarde sur Facebook ce qu’est devenue la star du collège ! Elle a pris vingt kilos, épousé un loser, fait des enfants moches et adopté un chien ridicule…Mais oui, c’est une petite revanche !

“ON MET EN AVANT LE PÈRE QUI FAIT DES CHOSES. ON STIGMATISE LA MÈRE QUI NE FAIT PAS CERTAINES CHOSES”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. D’où vous vient cette image de la «femme parfaite» ? Des médias, de votre éducation, d’un simple fantasme ? A qui la faute ?

MAG. Cette femme parfaite qu’on a décrite est, entre autres, imposée par les médias et par certaines personnalités mais elle est partout. Si vous ne réussissez pas votre carrière, on vous le fait remarquer. Si vous la réussissez trop bien, on pointera du doigt les faiblesses de l’éducation de vos enfants en affirmant que vous avez privilégié votre réussite professionnelle. Si Céline Dion dit : «Le plus beau rôle de ma vie c’est d’être maman et de m’occuper de mes enfants, mon accouchement a été merveilleux», si d’autres disent que l’allaitement est un plaisir…ça met dans la tête des femmes le sentiment que si l’on ne ressent pas la même chose, on doit être flagellées. Si on n’a pas retrouvé sa ligne quinze jours après l’accouchement, c’est limite si on n’se laisse pas aller. Avant qu’elle ne devienne mère on soupçonnait Rachida Dati de faire passer sa carrière avant tout. Elle accouche et retourne très vite au boulot ? Ce sera une mauvaise mère ! Que faire ? Dans tous les cas, on nous fait sentir que ça ne va pas. On est des culpabilités sur pattes. Je me souviens de ma grand-mère faisant l’éloge de mon père en ces termes : «Votre papa a été un père formidable, il vous donnait le biberon !» Ok, mais il ne changeait pas les couches ! On met en avant le père qui fait des choses. On stigmatise la mère qui ne fait pas certaines choses.

«NOTRE MÈRE EST UNE FEMME IMPARFAITE. ELLE ASSUME DE NE PAS TOUT GÉRER ET FAIRE DES BÊTISES»

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Chaque fois que je vois Anne-Sophie, les ongles impeccables, la tenue, la coiffure et le maquillage soignés quelles que soient les circonstances… Quand je l’ai vue travailler devant son ordi au café, à Puy-Saint-Vincent, alors que tout le monde ne pense qu’à skier ou bronzer en terrasse, je me dis qu’Anne-Sophie a quelque chose de cette femme parfaite… même si j’aurais du mal à la traiter de connasse.

ASG. On est toutes la connasse de quelqu’un. Récemment, une copine m’a dit : «Mais comment tu peux sortir un livre comme ça ? Pour moi, tu es la femme parfaite !». J’étais super choquée parce que je bois, je fume, j’adore la junk food (le cheddar en tube, le taboulé sous vide, les croque-monsieur Herta sous vide, la bouffe mexicaine…). Je fais mourir toutes les plantes vertes, je ne sais vraiment pas cuisiner mais je le fais avec brio…je n’sais pas faire plein de trucs, je n’ai pas mon permis, je suis pourrie machin et tout et elle a répondu : «Mais toi tu peux faire n’importe quoi t’as toujours des super coiffures ! Tu mets un stylo dans les cheveux, c’est bien, tu vois t’as un p’tit côté connasse». On a toutes un côté connasse. La connasse c’est celle qui te fait culpabiliser. Ça peut être ta collègue, belle-sœur, voisine… C’est la fille que tu regardes et d’un coup tu te sens une merde. Et nous on a écrit ce livre pour déculpabiliser. Et puis c’est chiant d’être parfaite! Comme on n’est pas parfaites, autant réussir notre imperfection ! Des fois on peut toucher à quelque chose d’un peu génial en étant toute pourrie.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Cette Femme Parfaite vous agace et vous fascine au point d’en faire un livre. Qu’est-ce qui vous distingue de cette femme parfaite que vous qualifiez de connasse, titre dont vous vous affublez également alors que vous n’êtes pas parfaites ?

MAG. C’est parce que tout le monde a des millions d’imperfections ! On regardera toujours la fille d’à côté en se demandant comment elle fait pour plaire aux garçons, ne pas avoir le pull qui bouloche, le maquillage qui dégouline…On déteste juste celles qui nous font culpabiliser parce qu’on ne leur ressemble pas et n’essaie même pas de le faire.

“DÉCULPABILISER LA FEMME EST DÉJÀ UN VRAI COMBAT FÉMINISTE”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Ce n’est pas nouveau de dire que les femmes sont débordées, et pas tellement par ce qu’elles font mais au nom de ce qu’on voudrait qu’elles fassent en plus de ce qu’elles font et ont toujours fait.

MAG. Oui, mais j’ai l’impression que c’est lié aussi à notre génération. Avant, il fallait «simplement» bien élever ses enfants, tenir sa maison et bien s’occuper de son mari et ça «suffisait». Aujourd’hui, il faut réussir dans tout et si on est un peu moins bonne dans un domaine, on nous le fait bien remarquer.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Votre mère vous a eues très jeune, je crois qu’elle avait moins de 20 ans. Est-ce elle qui vous a imposé l’image de la femme parfaite ?

MAG. Ah, non ! C’est d’ailleurs pour ça que mère rit énormément à notre livre. Bon, elle rit à tout ce qu’on fait. Elle est très bon public. Elle a adoré notre livre parce qu’elle-même est une femme imparfaite. Elle assume de ne pas tout gérer, de faire des bêtises, de ne pas parler toujours bien et de dire des gros mots.

 “PARLER DE LA MI-MOLLE, JE PENSE QUE ÇA VA FAIRE MAL MAIS FALLAIT LE DIRE !”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Là, vous parlez beaucoup de ce que les femmes ont acquis, ce à quoi elles renoncent aussi; et dans votre livre vous évoquez ce qu’elles sont en droit de réclamer. Je pense notamment au fait de ne pas avoir envie de faire l’amour. LA FEMME PARFAITE EST UNE CONNASSE est-il un ouvrage féministe ?

MAG. Oui. Déjà déculpabiliser la femme est un vrai combat. Dire et redire qu’on n’est pas obligées de tout maîtriser et réussir, dire : «vous n’êtes pas les seules à ne pas réussir» et entendre en retour juste cette phrase : «Oh, elle aussi ? Alors, je ne suis pas la seule !» fait avancer les choses. A la limite, vaut mieux en rigoler. On déculpabilise les femmes et  les hommes sont aussi choqués en lisant ce livre. Ils en prennent aussi pas mal pour leur grade. Parler de la mi-molle, je pense que ça va faire mal mais fallait le dire ! Il y a encore des combats à mener comme celui que vous relevez. On a recensé les excuses pour ne pas faire l’amour (je vais le noter, je vais le faire ce soir, j’aurai pas à le faire demain soir). La femme parfaite, elle, est toujours dispo, pas nous !

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Qu’est-ce que votre génération a à apporter au combat féministe ?

MAG. Pas grand chose. J’ai l’impression que ma génération a fait du mal à celles qui se sont battues avant. Je lis des témoignages de celles qui se sont battues pour la contraception, ont eu le droit de vote, attendu d’avoir un compte en banque, eu le choix de porter des tampons, etc…qui ont vu difficilement arriver tous ces acquis que nous considérons aujourd’hui avec très peu de respect finalement. On ne se rend absolument pas compte des luttes qui ont été menées et on fait un énorme retour en arrière. La génération précédente avait plus de choix. Déjà, elle était plus militante. La mienne est soi disant celle qui a tout gagné mais qui revient en arrière petit à petit. Avec le scandale de la pilule, je ne pense pas que les choses vont s’arranger !

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Si vous êtes célibataires toutes les deux (Ndlr: au moment de l’interview en janvier dernier) est-ce parce que ne voulant pas être parfaites vous faite, comme vous dites, tout pour réussir votre imperfection ? Ce qui est, à mon sens, encore plus déroutant pour un homme.

MAG. Non, on est célibataires parce qu’on habite à Paris. Il y a trop de choix dans ces villes, trop de concurrence aussi. Du coup, personne ne prend de décision.

*spectacle de quatre humoristes femmes réunissant Bérengère Krief, Nadia Roz, Anne-Sophie Girard, Christine Berrou et parfois Sony Chan.

 


Ce contenu a été publié dans Jeux, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

29 réponses à La femme parfaite est une connasse ! dixit Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard auteurs de ce guide de survie à gagner dès aujourd’hui..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =