Antoine Schoumsky, Paco Perez, Fary Brito et Alban Ivanov sont les lauréats du festival de L’Humour En Capitales 2012.

Antoine Schoumsky, Paco Perez, Fary Brito et Alban Ivanov sont les quatre heureux lauréats de la 6ème édition du Festival L’Humour En Capitales dont la soirée consacrée aux nouveaux talents et animée par Bruno Solo, s’est déroulée le 29 mai au  Caveau de La République, à Paris devant une salle comble.

Antoine Schoumsky

Antoine Schoumsky et Paco Perez, gagnants ex-aequo du Prix du Jury de L’Humour en Capitales recevront chacun 2000 euros et  joueront le 5 août au Festival de Ramatuelle dont Michel Boujenah est le directeur artistique. Une récompense méritée car Schoumsky comme Perez ont présenté des sketches vraiment bien écrits qu’ils sont parvenus à faire exister à travers un jeu sobre et beaucoup de finesse. Ils faisaient partie de mes favoris tout comme Augustin Shakelpopoulos dont l’écriture aurait mérité également d’être distinguée. Schoumsky a fait quelque chose de grinçant et percutant sans concession (“Les putes du Bois de Boulogne, c’est comme les kebabs, dans les deux cas il y a une incertitude sur la provenance de la viande”). C’est corrosif à souhait et ça mord partout où ça passe. Et tout le monde y passe ! Ça n’est pas dérangeant parce que porté par un style plein de subtilité. Schoumsky  a non seulement un don indéniable pour l’écriture  mais il est l’un des rares auteurs qui sache bien en parler. Son “Kit anti-suicide” donne furieusement l’envie de rester envie pour assister à son show qui devrait être prêt pour septembre.

Paco Perez

Paco Perez est lui aussi un véritable auteur et c’est ce que l’on retient immédiatement indépendamment du jeu de cet artiste. C’est très réjouissant de voir un comédien rire de lui-même et de son métier. La preuve évidente qu’il sait  installer la bonne distance entre ce qu’il est réellement et l’image ou plutôt le masque qu’il affiche. Alors, on avait retenu qu’il était beau (selon ses propres mots), son style l’est aussi et il a fait mouche lors de cette compétition entre jeunes talents. A l’heure de la remise des prix, Paco Perez n’avait que quinze minutes de son show. J’espère sincèrement que cette récompense dopera son inspiration et les encouragera lui et son cousin, co-auteur, à accoucher des quarante-cinq autres minutes nécessaires pour faire un spectacle.

Fary Brito

Fary Brito, tout juste 20 ans, a décroché le Prix de la SACD Jeune Talent doté de 1500 euros, une sacrée distinction pour cet élève impertinent qui fut remarqué au lycée par son professeur d’Histoire Jessie Troja, co-auteur de ses textes. Fary faisait partie de mes favoris. C’est un futur grand de l’humour chez qui beaucoup de choses sont déjà en place : le charisme, la voix, le style (tant vestimentaire que littéraire) et le jeu…Je l’avais trouvé vif et intelligent au téléphone et j’ai été très heureuse de constater que ça n’était pas une pose. Fary est, en outre, un garçon bien élevé dont le comportement tranche radicalement avec celui de certains de ses confrères qui ne se sont pas montrés très amicaux à l’égard des personnes (public, producteurs, directeurs de casting, journalistes…) venus les saluer pendant la soirée. En voyant certains mal se comporter, j’ai eu envie de leur dire: “Vous qui voulez la gloire, soignez votre promo!”. La simplicité et l’humilité de Fary, qui joue sur scène le “bogosse”, ont touché la plupart des personnes qui l’ont croisé ce soir-là. J’ai également hâte de voir son spectacle Fary l’extraterrestre dans son intégralité et souhaite que ce prix fraîchement acquis l’installe sur de nombreuses scènes de la capitale et de festivals en régions.

Alban Ivanov

Partenaire cette année du Festival, Nivéa For men inaugurait le Prix spécial Improvisation dont Alban Ivanov est le premier lauréat. Cette récompense a été décernée après que les 8 candidats ont présenté en duo des sketches inédits de 2mn 30 autour de thèmes imposés et pour lesquels ils n’ont eu que 35 secondes pour réfléchir et s’accorder. Et comme l’a rappelé Gil Galliot, comédien, auteur et metteur en scène de théâtre qui, en amont, a coaché les candidats pour la soirée : “Improviser, ça ne s’improvise pas !”. En duo avec Samia Orosemane, Alban Ivanov a planché sur le thème “Je fais peau neuve” et conquis le jury composé de Charles Nemes (SACD), Hugues Leforestier (Caveau de La République), Pascale Reynaud (Rire & Chansons), Gil Galliot, Aurélie Alemps (Universal), Emmanuel Smadja (Le Pranzo), Bruno Melegari (Nivéa).

Sur scène tous les mardis à 20h15 dans Alban Ivanov est les autres jusqu’à la fin du mois de juin au Théâtre de Dix Heures, Alban ne devrait pas avoir de difficultés à jouer les prolongations dans cette salle ou s’installer dans une autre.

Ce contenu a été publié dans A voir vite, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + treize =