Ces chaussures remportent la palme du style !

Certaines femmes sont tellement folles de leurs shoes qu’elles aimeraient ne jamais les quitter…même pour nager en plein océan ? Ce modèle est le bon compromis entre le stiletto de ville et la palme pour plongée sous-marine. Reste à inventer le verbe qui va avec : mar-ger sous l’eau ou na-cher dans la rue ?

Vous plongeriez vraiment pour elles ? Mais qui donc les a dessinées ?

Je suis toujours étonnée de voir des femmes juchées sur des talons au bord de la piscine ou sur le sable à la plage. Passe encore s’il s’agit de compensées en corde ou en liège qui assurent une certaine stabilité; mais quand j’en vois en stilettos, ouille ! Outre le fait que le sable et les talons cohabitent mal et forcent le déhanchement (ou l’épilepsie sur les plages de galets!), ça vous donne toujours un côté bimbo imbibée abonnée aux sex parties de Hugh Hefner. De celles qui pourraient susurer à leur sexmate: “Trésor, ça t’gêne si je garde mes escarpins et mon chewing-gum pendant qu’on fait l’amour ?”

Créations de l’artiste belge Paul Schietekat ©

N’est-ce pas inquiétant de vouloir chausser des palmes dans la vraie vie quand même Daisy Duck planque les siennes dans des escarpins ?

Défilé Lisa Carney©

Ces chaussures, que la presse féminine anglo-saxonne a rebaptisées “scuba diving” en référence à la natation sous-marine avec un tuba (scuba, en anglais), s’appellent en réalité des high tide heels (chaussures à talons pour marée haute) ou high heeled flippers (palmes à talons hauts). Elles ne sont pas nouvelles nouvelles  et je ne suis pas sûre que les shoes addicts puissent les trouver -et encore moins avancer avec. Nées en 2002 de l’imagination de Lisa Carney, créatrice de bijoux australienne, elles sont apparues pour la première fois en ouverture de son défilé lors de de la Mercedes Australian Fashion Week, LE grand rendez-vous de la mode qui réunit une fois par an à Sidney les créateurs de tout le Pacifique.

Lisa Carney les avait mises en scène d’une façon assez spectaculaire et pour le moins astucieuse  en les faisant porter à un sublime mannequin blond, en bikini blanc, émergeant de l’eau telle Ursula Andress dans James Bond 007 contre Dr No. Ces escarpins palmés étaient la dernière chose à apparaître sous le regard d’un public déjà épaté par la collection de Lisa Carney dédiée, cette année-là, aux sirènes. Quatre ans plus tard, en Belgique, l’artiste Paul Schietekat conçoit un modèle de hide tide heels tout en caoutchouc pour une exposition qui déchaîne les passions. Tout le monde veut sa paire de palmes à talons Paul Schietekat alors qu’il s’agit  d’abord d’une œuvre d’art. N’est-ce pas inquiétant de vouloir chausser des palmes dans la vraie vie quand même Daisy Duck planque les siennes dans des escarpins ?  A quand la chaussure de clown réhaussée d’un talon pour accélérer les gadins sur la piste ? Des profondeurs marines au sol d’une galerie, ces drôles de shoes en auront vu de toutes les couleurs. Ne leur manquait plus que de déambuler sur un calwalk parisien. Jean Paul Gaultier les fera défiler lors des collections de Prêt-à-Porter Printemps-Eté 2007, dans une version plus chic et définitivement  plus urbaine, revêtues de satin jaune et noir.

Qu’elles soient en caoutchouc ou en satin, je ne souhaite à personne de chausser ces hide tide heels sur terre ou sous l’eau. Autant demander à une sirène de faire le trottoir et à une terrienne de sauter à la corde au milieu des poissons. Reste que, comme les sirènes, ces palmes à talons sont belles à regarder et amusantes à tripoter (euh, je n’ai pas d’expérience en tripotage de sirène)  à défaut d’être parfaitement adaptées à une vie de citadine qui trotte sur le pavé. Pour toutes elles qui tiennent absolument à être ridicules et se casser la figure en public, il reste les escarpins de 16 cm qui envahissent les boutiques et qui ne vont, à mon avis, qu’aux femmes qui évoluent sur red carpet, accompagnées d’un garde du corps et d’une attachée de presse censés prévenir leurs éventuels faux pas. Victoria Beckham, par exemple ? Et toutes ces femmes qui ont trouvé dans l’extrême hauteur un habile moyen de montrer aux hommes combien elles sont fragiles au point de ne pouvoir avancer dans la vie sans eux, avec ou sans tapis rouge. Pour ma part, je file à la plage avec une paire de méduses dorées que les galets, le sable et la rue aiment bien….

ET VOUS, LES PORTERIEZ-VOUS ? Quels types de chaussures vous semblent les plus drôles ou ridicules ?

 

Ce contenu a été publié dans Mode en scène, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ces chaussures remportent la palme du style !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − sept =