Audrey Lamy enchante L’Olympia : “A partir du moment où on s’amuse, on amuse les autres”.

Les Dernières avant Vegas n’auront jamais aussi bien porté leur nom. Audrey Lamy donne ce week-end à L’Olympia les ultimes représentations du show qu’elle a porté partout en France pendant trois ans et demi.

 Audrey Lamy est une fille joyeuse, drôle  sympa doublée d’une comédienne dangereusement douée. Elle transforme le moindre petit rôle en rôle majeur au point de concurrencer sérieusement les têtes d’affiche. Elle a brillé dans Tout ce qui brille, eu sa Part du gâteau dans le film du même nom et évité d’être lisse dans Polisse. Cette  tornade qui balaie tout sur scène, à la télé comme au cinéma jouera vendredi, samedi et dimanche à L’Olympia les dernières de DERNIÈRES AVANT VEGAS, le show qui a fait d’elle une bête de scène avant de devenir une belle de l’écran. J’ai rencontré Audrey Lamy au Café Plein Soleil du côté de République, un jour de pluie ou même la météo n’a pas entamé son enthousiasme.

J’AI COMMENCÉ À ÉCRIRE SUITE À UN ACCIDENT DE SCOOTER QUI M’A IMMOBILISÉE”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Que ressentez-vous à l’idée de jouer les dernières représentations de DERNIÈRES AVANT VEGAS ?

AUDREY LAMY. C’est difficile de se dire que c’est la fin du spectacle et de la tournée. Peut-être que je reprendrai un ou deux sketches mais pas l’intégralité du spectacle. C’est dur car je me suis attachée à mes personnages que j’ai adoré interpréter. Il y aura peut-être une suite…mais pas tout de suite. En tout cas ça donne envie d’écrire un deuxième spectacle.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous êtes une comédienne dont on remarque chaque apparition, même brêve, au cinéma. On vous a repérée et aimée dans Tout ce qui brille qui vous a valu une nomination aux César; vous surprenez ensuite dans Polisse où vous jouez une mère qui maltraite son fils inconsciemment. Même le temps d’un sketch aux derniers César vous étonnez ! Comment parvenez-vous en si peu de temps et si peu de mots à capter l’attention avec autant de vérité ?

AUDREY LAMY(grand sourire). Oh lala, mais je ne sais pas répondre à cette question ! Aux César, j’ai fait quelque chose qui m’amusait. En fait, chaque fois, c’est juste du plaisir. Il faut faire quelque chose qu’on a envie, prendre du plaisir et s’éclater dans ce qu’on vous propose. Après, il y a une toute petite forme de liberté même si on a un texte bien précis. A partir du moment où on s’amuse, on va amuser les autres.

 

Audrey Lamy en coulisses…

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Et quand avez-vous commencé à vous amuser et prendre ce plaisir ?

AUDREY LAMY. Il y a dix ans quand je suis montée à Paris en me disant que j’allais faire du théâtre pour m’amuser. J’avais envie de tenter ma chance tout simplement. J’ai commencé mes cours au Conservatoire et là, j’ai appris un peu mon métier. J’ai appris à jouer, chanter, danser. C’était une formation assez complète et c’est pour cela que j’ai eu envie d’écrire mon one-man-show. J’ai eu envie de développer des personnages et d’interpréter des rôles qui m’éclataient.

“J’AI ÉTÉ TRÈS ÉTONNÉE DE ME RETROUVER TOUTE SEULE AU POINT VIRGULE AVEC MES TEXTES ET MES PETITS PERSONNAGES”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Pourquoi faites-vous du one-man-show ?

AUDREY LAMY. C’est très particulier d’être seule en scène et je n’avais pas forcément envie de l’être. Ça m’est arrivé par accident, vraiment. Suite à une chute en scooter qui m’a immobilisée, j’ai commencé à écrire plutôt que de ne rien faire. C’était vraiment plus par occupation que par envie. J’ai commencé à gratter et écrire des petits sketches, des situations et des personnages qui m’amusaient et que j’ai pu connaître. Ensuite, j’ai grossi les traits pour que ce soit plus drôle. Puis j’ai rencontré Alex Lutz (Ndlr : actuellement au Grand Point Virgule) qui cherchait à mettre en scène une nana. Je lui ai montré mes sketctes, on a bossé ensemble quelques mois et on a pris trois dates au Point Virgule. Alex Lutz m’a dit : «Maintenant, tu vas le faire devant des gens». J’ai répondu : «Ce n’est pas possible, ce n’est pas prévu ! »

 

Sur scène, Audrey adore faire le coup du lapin…

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Après avoir écrit des sketches et les avoir travaillés avec lui vous pensiez bien que c’était dans le but de jouer devant un public, non ?

AUDREY LAMY. Je ne m’attendais pas à ce que ça aille aussi vite. Surtout, je ne me voyais pas seule en scène. J’ai été très étonnée de me retrouver toute seule au Point Virgule avec mes textes et mes petits personnages. Je me suis dit : “Je vais tenter le truc. Si ça marche, tant mieux, sinon, je ferai autre chose”. J’avais déjà fait beaucoup de théâtre à la base, SCÈNES DE MÉNAGES commençait…C’était une expérience à faire et finalement j’ai bien fait.

“ECRIRE C’EST DIFFICILE, JE NE ME DIS PAS AUTEUR”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Comment écrivez-vous et de quoi sont nourris vos personnages ?

AUDREY LAMY. Je vais dans des cafés comme celui-ci et j’observe les gens. C’est un bon moyen de voir des gens, de développer son imagination et sa créativité. Je les nourris de la vie de tous les jours, des amis, de la famille, de situations complèrement absurdes que j’ai pu rencontrer.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Que retrouve-t-on de vous dans vos personnages ?

AUDREY LAMY. Un peu de tout ! Mes personnages sont habités de ma folie et de mon énergie. C’est dans ma nature, ça m’appartient. Maintenant, c’est vrai, j’ai inventé des personnages que je ne connaissais pas, que je rêvais de rencontrer ou des choses que j’avais envie de faire. Je me suis beaucoup inspirée de ma mère. J’ai fait un sketch qui lui est vraiment dédié. J’ai fait une copine…il y a beaucoup de moi, forcément !

 

Alex Lutz

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous êtes très à l’aise sur scène. L’écriture survient-elle avec autant aisance que votre jeu ?
AUDREY LAMY. C’est difficile ! Je ne dirai pas douloureux mais difficile parce que je n’avais jamais écrit et c’est dur. Tout le monde se dit auteur, je ne me dis pas auteur. Je sais que ce que je sais faire, c’est jouer. Je ne me pose pas devant un calepin et un stylo pour écrire, j’installe une caméra et je joue et improvise. Ensuite, je revisionne et je retranscris sur papier. Je suis incapable d’écrire un sketch devant un ordi. J’ai essayé, je n’y arrive pas. Etre auteur c’est un métier à part. On peut être très bon comédien et très mauvais auteur. Ce que je sais faire c’était  jouer et interpréter des personnages. Alex Lutz m’a aussi aidée dans l’écriture, la façon de trouver le bon rythme. On s’est bien trouvés tous les deux.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quels ont été les premiers lecteurs des textes de DERNIÈRES AVANT VEGAS ?

AUDREY LAMY. Mes amis, ma famille, ma sœur Alexandra… Mais Alex Lutz avait un œil neuf puisqu’il ne me connaissait pas.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Votre sœur Alexandra Lamy m’a raconté qu’elle vous emmenait toutes les semaines au Conservatoire alors que vous n’étiez qu’une gamine.
AUDREY LAMY. Oui, mes premiers pas sur scène, c’était avec ma sœur. Alexandra prenait des cours de théâtre en cachette au Conservatoire de Nîmes. Comme elle était censée me garder les mercredis après-midi, elle m’emmenait avec elle. J’assistais aux répétitions et un jour, ils ont eu besoin d’une petite fille pour un rôle et j’ai donc joué avec ma sœur.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Ce moment a-t-il été déterminant pour vous ?

AUDREY LAMY. Non car j’étais jeune, je ne me rendais pas bien compte. Alexandra et moi, on a dix ans d’écart. Je devais avoir 10 ans quand je suis montée sur scène. C’était comme si nous étions dans notre chambre et qu’on jouait à la poupée. C’est difficile à cet âge de dire qu’on veut faire ce métier-là. On pense être vétérinaire, infirmière, institutrice… Il y a bien quelques filles qui veulent être chanteuses mais c’est plus un hobby. Quand j’ai vu que ma sœur gagnait sa vie en faisant ce métier-là, je me suis dit : «Ah oui, c’est un vrai métier. Je veux faire ça». C’est quand j’ai vu que c’était possible que j’y ai cru.

«EN SORTANT DU SPECTACLE DE JULIE FERRIER, JE ME SUIS DIT : «C’EST ÇA QUE JE VEUX FAIRE!».

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vos parents vous ont-ils encouragée dans cette voie ?

AUDREY LAMY. Au début, c’était très très difficile. Comme ils avaient vu qu’Alexandra avait très très bien marché avec Un gars, Une fille, qui était un gros carton, qu’elle faisait beaucoup de pièces de théâtre etc…mes parents se sont inquiétés et pensaient que la première avait marché et que ça ne serait peut-être pas le cas de la deuxième. Ils étaient super anxieux. Ils ont décidé de me laisser faire ce que j’avais envie mais ils ont dit : “Si dans deux ans tu n’as rien fait, tu reviens dans le sud et t’essaies de trouver autre chose!”. Ils ont été assez durs et en même temps, ils m’ont laissée libre de tenter ma chance.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quelles comédiennes vous ont donné envie de faire ce métier ?

AUDREY LAMY. Dans le one-man-show, j’ai vu Julie Ferrier et j’ai trouvé que son spectacle était hallucinant ! J’ai adoré cette nana un peu barrée, un peu folle qui interprétait de vrais personnages de composition. En sortant du spectacle de Julie Ferrier, je me suis dit : «C’est ça que je veux faire!». Je ne m’imaginais pas encore seule sur scène mais je voyais tellement le plaisir qu’elle prenait, les réactions du public, les rires…tout ça ! Je rêvais de faire ça !

LEBLOGFEMMEQUIRIT. A l’époque vous écriviez déjà ?

AUDREY LAMY. Non, j’avais rien. J’ai vu Julie Ferrier, il y a peut-être sept ou huit ans déjà. J’ai gardé ça dans un coin de ma tête.

«C’EST UNE LIBERTÉ TELLEMENT ÉNORME D’ÊTRE SEULE EN SCÈNE ET D’AVOIR LE PUBLIC RIEN QUE POUR SOI !»

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Pas mal de comédiens font du one-man-show faute de «mieux». Le mieux, selon eux, c’est le théâtre et le cinéma. Etes-vous de ceux-là ?

AUDREY LAMY. Moi, je sais que j’ai vraiment besoin du théâtre et de la scène. J’ai commencé par une formation au théâtre donc le plaisir que j’ai c’est d’être au théâtre mais aussi à la télé et au ciné. Après, c’est juste une question de planning et d’organisation. Mais c’est une liberté tellement énorme d’être seule en scène et d’avoir le public rien que pour soi ! C’est peut-être égoïste mais c’est un vrai bonheur de savoir que les gens ne sont venus que pour nous et qu’on va se lâcher ensemble pendant une heure. Je ne sais pas comment les choses vont se passer, j’aimerais écrire un second spectacle et je pense retourner sur scène.

Scènes de Ménages © Cécile Rogue M6

 

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Ce plaisir égoïste, c’est votre seule motivation?

AUDREY LAMY. C’est principalement d’interpréter ce que j’ai envie de joeur. Au lieu d’attendre des propositions de la télé et du ciné, le mieux c’est d’écrire ce qu’on a envie de jouer et ne pas attendre que le téléphone sonne.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Oh, j’ai pas l’impression qu’on vous fasse beaucoup attendre !

AUDREY LAMY.(sourire) Non, pour l’instant, non. Mais on ne sait pas ce qui peut arriver. Au début, c’est difficile quand on n’est pas connue.

«SI JE N’AVAIS PAS ÉTÉ CONNUE, ÇA AURAIT ÉTÉ DIFFICILE DE REMPLIR LES SALLES»

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quel a été l’impact de SCÈNES DE MÉNAGES, la série humoristique de M6(Ndlr : diffusée du lundi au samedi à 20h05 ) que vous avez commencée peu de temps après vos premiers shows ?

AUDREY LAMY. Enorme, bien sûr ! Il y a beaucoup de spectacles de théâtre et de one-man-shows, les gens ne savent pas forcément ou aller et les places coûtent cher. Ce qui est bien c’est d’avoir une petite notoriété comme celle que m’a apportée SCÈNES DE MÉNAGES et d’être chez les gens au quotidien. On se dit que ça va leur donner envie de venir me voir sur scène même s’ils ne savent pas du tout ce que je fais. Parce que DERNIÈRES AVANT VEGAS, ça n’a rien à voir avec la série mais au moins ça attise leur curiosité. J’ai fait trois tournées de trois-quatre mois. Je pense que si je n’avais pas été «connue», ça aurait été difficile de remplir les salles. Dès que la série s’est installée et que les audiences ont grimpé, immédiatement j’ai eu plein de réservations.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. A quel moment avez-vous pris conscience de votre potentiel comique ?

AUDREY LAMY. Quand je suis montée sur la scène du Point Virgule. Je savais que j’avais un p’tit potentiel comique, on me l’avait dit. Je ne suis pas triste déjà dans la vraie vie. J’aime bien rigoler. Après, ça ne fait pas de vous un bon humoriste. Mais quand j’ai entendu le public rire au Point Virgule pendant mon showcase, là , j’ai pris conscience que j’avais un p’tit potentiel.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. A l’école et en famille, vous étiez celle qui faisait rire les autres ?

AUDREY LAMY. Oui, oui mais comme ma sœur et mes parents parce qu’on est une famille assez rigolote. De là à penser que je ferais rire, non. En plus, j’ai une formation classique, j’ai travaillé beaucoup de tragédies. J’avais certes envie de faire de la comédie mais de là à me projeter et imaginer que je ferais un one-man-show

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Au Conservatoire, vers quels rôles votre voix et votre physique vous dirigeaient-ils ?

 

AUDREY LAMY. Ce qui était chouette dans ma promo c’était qu’on nous demandait ce qu’on voulait jouer. On était assez libres. C’était génial d’apprendre les textes des registres de notre choix. Moi, j’avais envie de travailler les tragédies et les textes en alexandrins parce que ça demande une vraie technique. J’avais envie d’être formée aux techniques de la tragédie et j’ai demandé à travailler avec Nada Strancar pendant une année (Ndlr : Audrey Lamy s’étonne que je connaisse cette comédienne ou du moins son travail). J’ai joué Sabine, Camille dans Horace et même Horace ! Ensuite j’ai fait quelques Feydeau.

 LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quelles sont vos pièces préférées du répertoire classique ?

AUDREY LAMY. J’ai beaucoup travaillé Sabine et Camille pendnat un an donc je suis attachée à Horace. Je trouve que les rôles féminins dans cette pièce sont aussi beaux queles rôles masculins, c’est rare. Et j’ai donc apprsi à donner de l’émotion, à pleurer -ça aussi c’ets une technique ! On parle beaucoup de technique dna sla comédie mais il y en a aussi dans la tragédie. Comment maîtriser les respirations ? Comment faire monter les larmes ? Comment être fragile ? Comment être émouvante ?

«LA DIRECTRICE DE CASTING DE TOUT CE QUI BRILLE M’A CHOISIE 4 ANS APRÈS M’AVOIR VUE DANS HORACE».

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Pour le moment, c’est au cinéma qu’on vous fait le plus de propositions. Quel type d’offres vous fait-on ?

AUDREY LAMY. C’est très varié et j’adore composer des personnages, inventer une gestuelle, une diction. Carole, la coach de fitness de Tout ce qui brille, c’était ça. Quand je suis allée au casting, j’étais déjà sapée en Carole. J’étais en jogging Adidas avce la doudoune aux manches coupés et avec une énergie parce que je sentais que c’était le rôle comique du film. Donc j’y suis allée à mort et j’ai fait une proposition de jeu qui a plu. Ce qui est marrant, c’ets la directrice de casting de Tout ce qui brille m’avait vue au Conservatoire dans Horace. La pièce durait six heures sans entracte, le truc horrible où le public est un peu pris en otage… et elle a pensé à moi quatre ans après, c’était complètement improbable ! Hallucinant ! Elle a eu assez d’imagination pour penset que Sabine dans Horace pouvait devenir Carole de Tout ce qui brille.

Entre Géraldine Nakache et Leïla Bekhti dans Tout ce qui brille.© Pathé Distribution.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous vous êtes également fait remarquer dans Polisse, un petit rôle où une mère de famille utilise une technique très intime et très choquante pour endormir son fils.

AUDREY LAMY. On a tellement peur quand on est comédien de faire uniquement les mêmes choses que ce soit dans la comédie ou dans la tragédie qu’on est content qu’on vous amène à ouvrir d’autres portes. Maïwen est venue me voir au tout début de Dernières… au Temple et elle m’a proposé le rôle de cette mère indigne dans Polisse. Qu’elle ait eu elle aussi l’imagination de me caster pour un rôle sombre alors qu’elle m’avait vue dans quelques choses de comique. Pourvu que ça dure ! Je me suis éclatée à jouer ces rôles-là ! Ça fait du bien d’élargir son jeu.

“J’ADORERAIS JOUER ANTIGONE ET UNE JAMES BOND GIRL”.

 LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quels sont vos projets cette année ?

AUDREY LAMY. J’ai tourné dans La Belle et la Bête de Christopher Gans, avec Vincent Cassel et Léa Seydoux dont je joue l’une des sœurs. On a resigné une saison pour SCÈNES DE MÉNAGES. Pour le reste, je ne dis rien, je suis superstitieuse.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Certains de vos confrères ont déjà les éléments de leur prochain show alors qu’ils terminent à peine le précédent. C’est votre cas ?

AUDREY LAMY. J’ai écrit quelques notes sur mon téléphone. C’est tout et n’importe quoi : des personnages, des situations… Je pourrais très bien commencer à écrire le deuxième maintenant mais je suis encore dans DERNIÈRES AVANT VEGAS.

 

G.Lellouche danq Gibraltar ©Mika Cotellon-SND.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quels sont vos rêves de scène ?

AUDREY LAMY. J’adorerais jouer Antigone et une James Bond girl. Peut-être Antigone en James Bond girl ?

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Avec quels comédiens rêvez-vous de jouer ?

AUDREY LAMY. François Cluzet, Michel Blanc, Didier Bourdon. J’adorerais tourner avec Gilles Lellouche (ci-contre) ma sœur, j’adorerais jouer avec elle.

 LEBLOGFEMMEQUIRIT. Mais il me semble qu’elle a un projet pour vous ?

AUDREY LAMY. (très étonnée) Ah bon ?

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Oui, Les Camisards avec Jean Dujardin !

AUDREY LAMY. (émue) Oh, elle est trop chou ! Oui, on aimerait jouer ensemble. On partage la même passion et on s’adore.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Qu’est-ce qui vous fait rire ?

AUDREY LAMY. Muriel Robin. Tout simplement Muriel Robin, voilà ! La folie de Robin…je parlais de Julie Ferrier mais je mets les deux ensemble. Ce qui me fait rire c’est des choses toutes bêtes dans lesquelles on peut se reconnaître. Plein de choses, en fait.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quelles sont vos comédies préférées ?

AUDREY LAMY. Les Bronzés (rires), Le Père Noël est une ordure. J’adorerais faire un film de potes comme ça où o s’éclate et où on n’a pas peur d’y aller à fond dans les blagues, les vannes te les situations complètement tarées. Ça passe tous les ans à la télé et tu n’t’en lasses jamais parce uqe c’est un super scénar porté par de super comédiens et tu regardes ça avec plaisir.

“SE MOQUER DE QUELQU’UN POUR SE METTRE EN VALEUR M’ÉNERVE”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Qu’est-ce qui vous ne vous fait pas rire ?

AUDREY LAMY. La méchanceté gratuite, quand on se moque de quelqu’un à cause de sa manière de parler ou de ses ringues. Se moquer de quelqu’un pour se mettre en valeur c’est le genre de truc qui m’énerve. Ou alors le faire intelligemment.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quelles sont vos limites ?

AUDREY LAMY. J’essaie de ne me mettre aucune limite. Après, il y a des sujets qui sont difficiles à jouer. C’est pour ça que travailler à deux comme je le fais avec Alex Lutz c’est plus facile que d’être seule. J’ai besoin d’un œil extérieur qui me dit : «Tourne-le comme ci, contourne ça. Est-ce que ceci risque d’être mal interprété ? Je pense qu’on peut rire de tout pourvu que ce soit bien écrit et bien joué. Que ce soit intelligent, en fait.

“ALEX LUTZ A  VEILLÉ À CE QUE JE RESTE FÉMININE”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Pensez-vous qu’il y ait un humour féminin et un humour masculin ?

AUDREY LAMY. Non.(Rires). Je dois tenir cinq minutes dessus ?

 

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Comme vous voulez !

AUDREY LAMY. Je ne me dis pas que tel thème est plus intéressant pour les mecs ou les nanas. Aujourd’hui, hommes et femmes abordent les mêmes sujets sans qu’il y ait de tabous. Alex Lutz a veillé à ce que je sois toujours féminine et que ne me transforme pas en garçon manqué sous prétexte que je suis humoriste. Il m’a dit : «T’as pas beosin de ça, garde ta nature! ». Il a tenu à ce que je garde une certaine féminité, de la classe et de l’élégance, un côté girly avec le pt’it rouge à lèvres, le vernis et le reste.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quels sont vos qualités et vos défauts ?

AUDREY LAMY. La susceptibilité.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. C’est le métier de comédienne qui induit ça ?

AUDREY LAMY. Non, j’ai toujours été susceptible mais je travaille beaucoup là-dessus et j’essaie de me calmer. Mes qualités ? Je suis de bonne humeur.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous avez continuez votre tournée tout en continuant les tournages de SCÈNES DE MÉNAGES. Comment tenez-vous ?
AUDREY LAMY. On tourne en effet douze minutes par jour, c’est énorme ! Ça fait 11 à 12 sketches. C’est énormissime mais c’est un super exercice.

 

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Alors quels sont vos facteurs d’équilibre ?

AUDREY LAMY.(Sourire). L’amour…Non, mais c’est prendre du plaisir dans son travail et d’avoir une vie à côté, quoi. Je pense que c’est çq : avoir une vie à côté de mon travail et ne pas être uniquement dans mon boulot.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quelle hygiène de vie respectez-vous pour tenir ce rythme ?

AUDREY LAMY. Pour le théâtre, on est obligé de respecter certaines règles. J’ai été au Temple pendant neuf mois. On ne peut pas sortir tous les soiret boire des mojitos jusqu’à 5h du mat’ et brûler des cartouches de clopes. Alors oui, il faut se coucher pas trop tard, boire be aucoup d’eay et faire du sport… euh, pour le sport…j’me gratte la frange. Je vais commencer cette après-midi.

Audrey Lamy est à L’Olympia les 18, 19 et 20 avril . Le DVD du spectacle est déjà disponible.

L’Olympia : 28, boulevard des Capucines, 75009 Paris.

 

 

Ce contenu a été publié dans A voir vite, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − deux =