Destroyer un film mal inspiré

DESTROYER, le nouveau film de Nicole Kidman sort le 20 février. L’affiche annonce une “Nicole Kidman comme vous ne l’avez jamais vue“. Autant ajouter qu’on ne souhaite surtout plus la revoir ainsi.

 

Faut-il aller voir DESTROYER  film de Karyn Kusama avec Nicole Kidman ? NON. Sauf s’il pleut et qu’on n’a pas trouvé meilleur abri qu’une salle de cinéma.

Flic paumée et alcoolo, séparée de son compagnon et rejetée par sa fille de 16 ans, Erin (Nicole Kidman) agent du LAPD (Los Angeles Police Department) erre comme une âme en peine à la recherche de Silas, un malfrat dont elle a infiltré le gang une quinzaine d’années plus tôt et qu’elle veut punir. Silas a sur les mains le sang des employés d’une banque tués lors d’un hold-up et celui d’un agent du FBI petit copain de Kidman.

DESTROYER est un film mal  inspiré et construit. Proposé comme un monotone va-et-vient entre le passé de l’agent qu’elle a été et la policière solitaire usée et désabusée qu’elle est devenue. Maquillée à outrance pour imprimer les outrages du temps et les ravages de la boisson, Nicole Kidman ressemble davantage à un zombie échappé du Thriller de Michael Jackson qu’à une héroïne dont on aimerait suivre le combat. A vrai dire, elle est plus destroyed (détruite) que destroyer (destructrice).

Transformation physique, héroïne confite dans sa culpabilité et à la recherche d’une rédemption… pfuff. DESTROYER est typiquement le genre de rôle qu’on accepte en se disant qu’il recueillera un Oscar. Las, il n’y a pas de scénario et la fin est tellement prévisible qu’on ne regrette pas que les mangeurs de popcorn raclent le fond de leur cornet avec force bruits. Allez, next!

Ce contenu a été publié dans Coups de cœur, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + six =