Auprès de mon arbre…

AUPRES DE MON ARBRE JE VIVAIS HEUREUX(…)J’aurais jamais dû le quitter des yeux”. Je pleure mon sequoia adoré, dont on ne peut dater la naissance mais dont je sais qu’il est antérieur à la maison qui, elle, a près de 150 ans.

Il s’étirait à côté d’un érable et d’un épicéa qui ne m’émeuvent pas autant. Enfants, on se cachait derrière mon sequoia pour jouer; ados, on grimpait dans ses branches quand on ne tentait pas de flécher nos cœurs sur son écorce. Dimanche 29, il a perdu 2 grosses branches et 1 troisième avant-hier. Je redoute que d’autres branches ne se décrochent, tombent sur la rue et causent un accident.

La décision a été dure à prendre après le passage du bûcheron : il faut l’abattre. Plus de 20 m de haut et 2m de diamètre….Je m’absenterai le jour de sa coupe,pas question de regarder ça. Bon, en même temps, si les seules larmes qui me viennent sont provoquées par la mort d’un sequoia, c’est que tout le reste va bien, non ?.

Ce contenu a été publié dans Drôle d'humeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Auprès de mon arbre…

  1. Lucile de Guinzan dit :

    C’est marrant je lisais Lab Girl de Hope Jahren récemment où elle raconte la mort similaire de son “arbre d’enfance “. Elle faisait également remarquer qu’on a tous un arbre qui nous a particulièrement marqués…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =