Pierre Niney se taille un Yves Saint Laurent à sa mesure.

Pierre Niney incarne un Yves Saint Laurent impressionnant dans le magnifique bio-pic du même nom de Jalil Lespert. Sur les écrans le 8 janvier prochain.

Pierre Niney et Guillaume Gallienne incarnant Saint Laurent et Pierre Bergé.© Thibault et Anouchka.

En me documentant sur Pierre Niney avant notre rendez-vous, je suis tombée sur une émission du Mouv’ au cours de laquelle on lui avait laissé carte blanche. Entouré de ses potes de Casting(s) -pastille humoristique qu’il a écrite avec Ali Marhyar et Igor Gotesman pour Canal +-, le comédien était parfaitement à l’aise. Rapide et vif sans être speed, convivial sans être raccoleur, drôle avec de la finesse, léger, accessible…bref, pas un de ces comédiens qui jouent non-stop la comédie. A croire que Pierre Niney avait déjà été animateur dans une autre vie. On se demande bien laquelle vu qu’il n’a pas encore 25 ans !

A cet âge où tant d’autres jeunes gens peinent à se chercher, Pierre Niney s’est déjà trouvé…lui-même, ainsi qu’un métier, une maison (La Comédie Française qu’il a intégrée à 21 ans), des parrains (tout le monde dans le métier aime Pierre Niney comme me le rappelait ici Virginie Efira), un public et l’improbable temps de les satisfaire tous, en occupant avec talent tous les terrains.

Comédien de théâtre réputé (il fait un bel et bon Hippolyte dans Phèdre, et un excellent Fadinard dans Un chapeau de paille d’Italie. Vous ne l’avez pas vu ? Achetez le DVD !), acteur de cinéma doué (J’aime regarder les filles, Comme des frères, 20 ans d’écart), auteur de théâtre attentif et concerné (Si près de Ceuta), Pierre Niney vient de se glisser brillamment dans la peau, le corps et le costume d’Yves Saint Laurent.

Ayant adoré le bio-pic élégant, fin et stylé réalisé par Jalil Lespert, j’ai souhaité rencontrer Pierre Niney. Là, certains d’entre vous se demandent si Pierre Niney et le film Yves Saint Laurent ont bien leur place sur Leblogfemmequirit, blog des talents de l’humour au féminin. Oui, évidemment que oui car tout en mettant en avant le travail des filles je n’ai jamais exclu celui des garçons. Et puis voir ce très beau film m’a mise en joie au point de prolonger cette envie de (sou)rire qui me quitte rarement. J’ai été touchée, émue, amusée aussi par le travail de Niney mais aussi de Guillaume Gallienne, Charlotte Le Bon et tout le casting qu’a réuni Jalil Lespert.

“IL M’A FALLU DÉSACRALISER TOUT CELA, SINON JE N’AURAIS PAS PU JOUER”. 

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Je vous ai vu sur scène et au cinéma, je connaissais donc votre voix mais je l’ai redécouverte à la faveur d’une émission du Mouv’ où vous étiez encore une fois très bon. Y a-t-il un domaine dans lequel vous n’êtes pas à l’aise?

PIERRE NINEY. Oh oui, on pourrait en lister pas mal. Je suis relativement nul en cuisine. J’ai fait du surf aussi cet été, je suis assez médiocre. Je ne me prête qu’aux choses qui m’amusent et dans lesquelles je trouve une forme de plaisir.

Pierre Niney © Thibault et Anouchka.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quel plaisir avez-vous eu à interpréter Yves Saint Laurent, personnage contemporain que vous auriez pu croiser ?

PIERRE NINEY. J’ai d’abord été touché par la façon dont Jalil (Ndlr : le réalisateur) parlait de cette histoire d’amour et de création. Cette grande histoire qui est déjà une histoire de cinéma, en fait. Je trouvais son évocation très sensible et ça ma plu. J’ai dit oui, évidemment. Le plaisir est venu aussitôt et à chaque étape de la création du personnage : tant dans le travail de recherche et de documentation que dans celui de l’interprétaion. A aucun moment je n’ai senti cette envie faiblir ou se tarir. Interpétrer un personnage aussi dense, riche, complexe aussi vous oblige à bouger vos propres limites, vous remettre en question, chercher sans cesse et encore. J’ai eu le sentiment d’avoir un sujet fort mais aussi un film fort. (Ndlr : Pierre Niney s’interrompt et se retient de tousser. Il tente de ranger discrètement un I-phone qui tente de le déranger, tousse un bon coup puis se sert un verre d’Evian en s’excusant : “Je suis désolé, je suis en train de mourir de la voix. C’est un peu dommage pour vous qui l’appréciez. C’est l’enfer que je vous fais vivre !”).

“Jalil tenait à ce que je dessine, j’ai donc appris à dessiner” © Thibault et Anouchka.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Le rôle d’Yves Saint Laurent vous était-il d’emblée destiné ou avez-vous dû passer des essais ?

PIERRE NINEY. J’ai rencontré Jalil autour d’une bière, il ne m’a pas fait passer de casting. Il m’avait vu dans d’autres films et dans un magazine un an avant de me faire cette proposition. Sur l’une des photos de ce magazine, j’avais enfilé une paire de lunettes pour rigoler et sans imaginer la conséquence des mes actes. Comme quoi, on ne sait jamais ! Voir cette silhouette l’a conforté dans l’idée que je ressemblais au Saint Laurent qu’il voulait. Alors on a bu une bière et parlé du projet.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Le fait d’avoir eu l’accord de Pierre Bergé, homme d’affaires éclairé, compagnon protecteur d’Yves Saint Laurent ajoute-t-il une pression supplémentaire ?

PIERRE NINEY. Non, au contraire ! La confiance et l’aide apportées par Pierre Bergé sont inestimables. Grâce à lui nous avons eu accès à des robes qui ont été sorties de musées ou de chambres froides pour nous. C’était unique ! Le fait de les voir et d’évoluer dans ces décors où Yves Saint Laurent a travaillé et vécu, ça nous emportait. Oui, c’était très énergisant de nous retrouver dans ces lieux.

“J’AI TRAVAILLÉ SA VOIX PENDANT 4 MOIS1/2, JE NE VOULAIS PAS PASSER À CÔTÉ”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quels témoins privilégiés de cette époque avez-vous consultés ?

PIERRE NINEY. J’ai rencontré à plusieurs reprises Pierre Bergé qui m’a parlé de son histoire avec Saint Laurent à travers mille anecdotes, de l’humour de Saint Laurent qu’on ne percevait pas toujours tellement il était timide et qu’il ne réservait qu’à un petit cercle. Egalement de sa passion pour le théâtre, son envie de créer des costumes pour la scène. J’ai eu la chance de rencontrer Betty Catroux qui a été sa muse, sa sœur, son démon, mais aussi Clara Saint, Dominique Deroche, son attachée de presse… Il y a eu aussi des rencontres avec des conseillers, des mannequins ayant travaillé avec Saint Laurent et qui nous ont montré la façon de défiler selon les époques. Tous nous ont accompagnés de la façon la plus bienveillante. Toutes ces choses ne pouvaient que renforcer notre travail sur le film. On s’est sentis forts de ça et jamais jugés car ce sont des gens très pudiques et très élégants. Jamais on n’a eu la sensation d’être attendus au tournant.

Yves Saint Laurent de Jalil Lespert © Thibaut & Anouchka.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Une fois collectées ces informations, quelle a été votre méthode de travail?

PIERRE NINEY. Ma méthode est, disons, adaptative : je change de style de travail à chaque projet, à chaque metteur en scène. Je n’ai pas de règle fondamentale, en fait. Une fois que j’ai eu bien lu, vu, écouté tous les documents, j’ai travaillé pendant quatre mois et demi sur la voix de Saint Laurent. Ç’a été des couches successives. Cette voix, qui me plaisait beaucoup, racontait sa fragilité perceptible à travers le choix des mots. Cette élocution très poétique et affirmée chez le personnage me plaisait beaucoup.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quelle empreinte d’Yves Saint Laurent a été le plus difficile à saisir ? Sa voix, sa gestuelle, sa posture physique ?

PIERRE NINEY. D’habitude, je travaille d’abord le physique d’un personnage. Dès que je peux commencer par le physique, je le fais. Là, j’ai commencé par le travail de la voix parce qu’elle m’a profondément marqué. Je la trouve tellement belle, tellement révélatrice du personnage.

Yves Saint Laurent (P.Niney) et Pierre Bergé (G.Gallienne) lors d’un week-end chez Bernard Buffet© Thibault et Anouchka.


 LEBLOGFEMMEQUIRIT. Celle que vous restituez est impressionnante ! Une espèce de murmure qui dit à la fois toute sa fragilité et sa détermination.

PIERRE NINEY. Oui, sa très grande timidité, sa détermination et son humour aussi ! Est-ce que ç’a été dur à attraper ? Oui et non mais ça a pris du temps parce que je ne voulais pas passer à côté. J’avais très envie de la traiter sans être dans le mimétisme. Plus je regardais des interviews de Saint Laurent, plus j’étais fasciné par sa diction et cette façon si unique et presque poétique de s’exprimer. C’est un peu laborieux mais c’était très cool comme travail, en tout cas, très plaisant. Ensuite il y a eu différentes préparations avec des coaches de sport, de couture, de dessin même…

“ÇA A VRAIMENT ÉTÉ UN TRAVAIL PAR LE CŒUR, C’EST TOUJOURS LE TRAVAIL LE PLUS SIMPLE”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Ce sont vos mains que l’ont voit à l’œuvre dans le film ?

PIERRE NINEY. Absolument, c’est moi qui dessine. Jalil souhaitait que je dessine; j’ai donc appris avec Audrey Secnazi qui a travaillé quinze années au côté d’Yves Saint Laurent et qui a dessiné pour lui. Elle l’a vu beaucoup bouger et vivre et connaît parfaitement son travail. C’était aussi l’un des défis du film, et moi, ça me plaisait beaucoup d’apprendre à dessiner. D’apprendre un truc, en général. Quand t’es payé pour un film et que tu apprends un truc, c’est assez génial ! Le coach de stylisme m’a appris à toucher les tissus, reconnaître les matières, coudre, faire des drapés, comprendre le vocabulaire aussi pour pouvoir improviser, parce que dans un atelier de couture c’est très codifié. Ça a été des couches successives de savoirs et techniques à maîtriser. Ensuite, j’avais un petit carnet dans lequel je notais tout ce qui me plaisait, les citations que j’entendais, les échanges avec les gens que je rencontrais...Ç’a vraiment été un travail par le cœur. C’est toujours le travail le plus simple. Tout ce qui te touche, tout ce qui te parle, tu le notes. Et puis il y a aussi le travail inconscient de tout ce qui se range dans la tête et qui se fait un peu tout seul. Enfin, il m’a fallu désacraliser pas mal tout ce travail sinon tu ne peux pas jouer.

“DIRIGER DIOR À 21 ANS, C’EST COMME SI AUJOURD’HUI UN HOMME DE 21 ANS REPRENAIT CANAL +. C’EST DÉMENTIEL !”

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous êtes-vous immergé dans le rôle au point de ne pouvoir rien faire d’autre à côté ?

PIERRE NINEY. Immergé, imprégné, investi, oui, mais je sais faire la part des choses. Je tournais le jour Saint Laurent et le soir je jouais Un chapeau de paille d’Italie à La Comédie Française.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous êtes entré à 21ans à La Comédie Française. Au même âge Yves Saint Laurent prend les rênes de la maison Dior. Faut-il nécessairement un acteur archi doué et ultra précoce pour incarner un artiste archi doué et ultra précoce ?

PIERRE NINEY. Non, pas forcément. Je crois qu’on peut être surpris par différents parcours d’acteurs. Il n’y a tellement pas de règles ! Surtout au ciné !Au théâtre, c’est vrai que l’expérience fait beaucoup. Sans le travail sur l’Hippolyte de Phèdre je n’aurais sans doute pu aborder le personnage de Saint Laurent. Mais au cinéma, une nature d’acteur peut suffire à jouer à peu près n’importe quoi. Quand un mec est assez génial, il l’est. Qu’il ait fait des cours ou pas, le Conservatoire ou pas, que ce soit son premier ou cent-cinquantième film. Il n’y a donc pas de règles. Après, là où ça m’a aidé (c’est très personnel et ce n’est pas écrit), c’est d’avoir été touché par ce parcours. Et juste l’idée que Yves Saint Laurent a su jeune ce qu’il voulait faire, très jeune même et que ça ne l’a jamais lâché. Ç’a été la seule constante de sa vie : savoir qu’il voulait dessiner malgré tout.

Saint Laurent et Bergé lors du dîner qui a changé leur vie © Thibault et Anouchka.

“JE N’AI PAS AUTANT DE NÉVROSES QUE LUI MAIS, C’EST SÛR, MON ART EST NOURRI DE PLEIN DE NÉVROSES, DE NARCISSISME”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. C’est le parallèle que l’on peut faire avec vous : avoir su très jeune ce qe vous vouliez.

PIERRE NINEY. Oui avoir su très jeune mais le parallèle s’arrête vite là. Moi, à 21 ans, j’entre dans une troupe où l’on est 60 acteurs pensionnaires, sociétaires…Lui, à 21 ans, il entre à la direction de la plus grande maison de haute couture française qui est un empire international, où il doit créér je ne sais combien de robes. Personne n’est à ce poste à cet âge. C’est comme si aujourd’hui un homme de 21 ans reprenait Canal +. C’est démentiel !

Adeline d’Hermy, Marie de Villepin, P.Niney et Nikolaï Kinski©Thibault et Anouckka.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Un grand nombre d’ artistes, écrivains, créateurs de génie sont aussi des êtres torturés ou du moins tourmentés. Et ces tourments semblent alimenter leur art. De quelles inquiétudes ou plus simplement de quels questionnements nourrissez-vous le vôtre ?

PIERRE NINEY. Ben, il y en a beaucoup. La peur du jugement, la peur de ne pas réussir et la peur de réussir qui existe aussi.. Pfufff ! C’est un mélange de plein de choses. Je suis très mauvais en auto-analyse. Je ne peux pas dire vraiment. Il faudrait que je réfléchisse longtemps ou que je fasse une thérapie pour vous dire vraiment.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Je ne peux pas croire que vous avez cette peur de réussir.

PIERRE NINEY. Je ne la connais pas mais je connais des gens qui l’ont. Ils sont sur le point de réussir quelque chose et ils se foirent dans les derniers mètres parce qu’ils ont peur de gagner. Il y a certainement plein de névroses mais je suis loin du cas Saint Laurent diagnostiqué maniaco-dépressif à 24 ans, une maladie qui va influer sur tout le reste de sa vie. Un homme qui vit son homosexualité comme quelque chose de très lourd, comme une grosse culpabilité. C’est aussi l’époque qui veut ça, le carcan des années 50 et 60… Alors je n’ai pas autant de névroses que lui mais c’est sûr mon art, au sens général, est nourri de plein de névroses, de narcissisme et de plein de choses. Je ne sais pas quoi dire là-dessus.

“PARFOIS J’AI ENVIE DE VOIR TEL ACTEUR JOUER TELLE CHOSE, ALORS J’ÉCRIS UNE PARTITION”.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous faites partie de la troupe du Français, vous êtes acteur au cinéma, metteur en scène au théâtre, réalisateur de courts-métrages et de pastilles pour Canal +… d’où vous vient un tel appétit de créer ?

PIERRE NINEY. C’est une curiosité naturelle, pas du tout un plan ou une stratégie. Parfois j’ai envie de voir tel acteur jouer telle chose. Je ne suis pas auteur mais je commence à écrire une partition pour cet acteur en espérant le voir jouer. Ensuite il y a des sujets qui me touchent et qu’on ne me proposera pas forcément.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Comme Si près de Ceuta, votre pièce sur l’immigration clandestine ?

PIERRE NINEY. Oui. La thématique de l’immigration me plaît et me touche beaucoup. Avec cette pièce j’ai eu l’impression, ne serait-ce qu’à petite échelle, d’éveiller une conscience ou deux, sur un sujet. Sans donner de réponse je voulais dire que ça existe. Et le dire dans une pièce de théâtre est une démarche qui m’intéresse. Je ne me force à rien… à part faire des interviews (rire).

 

Guillaume Gallienne et Pierre Niney sous l’œil du réalisateur Jalil Lespert© Thibault &Anouchka.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Quels comédiens vous ont donné envie d’être des leurs ?

PIERRE NINEY. Oh lala ! Il y en a un paquet ! Ici : Mathieu Amalric, Patrick Dewaere, Gérard Depardieu. De l’autre côté de l’Atlantique : Jim Carrey, Jerry Lewis, Buster Keaton, Charlie Chaplin évidemment ! Et Louis de Funès, Benoît Poelvoorde..pour les génies comiques.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Aucune femme ?

PIERRE NINEY. Si, si bien sûr ! KateWinslet et Cate Blanchett. Et puis ici, Deneuve, évidemment.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Vous portez aujourd’hui une veste Saint Laurent par Hedi Slimane. Vous intéressez-vous davantage à la mode depuis votre immersion dans la vie d’Yves Saint Laurent ?

PIERRE NINEY. Oui, ça m’a rendu plus curieux. C’est vrai que je ne m’intéressais pas du tout à la mode avant. Et quand je m’y suis intéressé c’était davantage par le biais de personnalités fortes et excentriques comme Dior, Chanel, Balenciaga et leur destin exceptionnel.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. De toutes les pièces que vous avez vues dans les collections Yves Saint Laurent, laquelle emporteriez-vous ?

PIERRE NINEY. Les robes Mondrian me plaisent énormément.

LEBLOGFEMMEQUIRIT. Muriel Mayette, Administratrice de La Comédie Française et à l’origine de votre intégration dans cette maison dit de vous :«Il a quelque chose de solaire (…)C’est un magnifique jeune premier, c’est rare. Il représente la beauté, la grâce, le masculin et cela lui échappe! C’est un bonheur de travailler avec lui. Il se donne à fond et se corrige au fur et à mesure, il comprend le comique, il a le goût du plateau plus que celui de la réussite. Il n’a pas de mauvaise pudeur, il est ouvert et généreux.» (Ndlr :article du Figaro signé Nathalie Simon).

PIERRE NINEY. Je ne savais pas. Je ne connaissais pas cette citation. Donc ça fait ma journée ! Muriel Mayette est une grande metteur en scène donc ça fait plaisir.

 

Synopsis :Paris, 1957. À tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior, récemment décédé. Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre qui va bouleverser sa vie. Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s’associent trois ans plus tard pour créer la société Yves Saint Laurent. Malgré ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s’apprête à révolutionner le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste…

Le maquillage des comédiens a été assuré par la marque Yves Saint Laurent Beauté sous la direction de Dominique Colladant. Pierre Niney est mis en lumière avec Forever Light Creator Gel Crème, la Touche Eclat B40 puis les Touche Eclat N°2 et N°3 mélangées, ainsi qu’avec l’Anti-Cernes Estompeur Multi-Actifs N°2, et enfin la Poudre Compacte Radiance N°3 et 4. Pour les yeux: Crayon sourcils Dessin des Sourcils N°4, Mascara Volume Effet Faux Cils N°2. Pour les lèvres: Une touche de Volupté Sheer Candy N°13.

Ce contenu a été publié dans Rencontre, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Pierre Niney se taille un Yves Saint Laurent à sa mesure.

  1. Isabelle de Guinzan dit :

    A la base je ne suis pas très fan des biopics, mais en revanche je le suis de plus en plus de Pierre Niney ! Alors je ferai peut-être une exception… Très belle interview en tout cas. Je le trouve intéressant tout en étant modeste et donc touchant dans ses réponses. J’adore sa grande curiosité ! Sans doute une des clés de son talent !

  2. Duffo dit :

    Très bel article, j’irai voir le Film !

  3. Aurelie Red dit :

    Enormément de pub pour ce film, mais à raison je pense, il a l’air magnifique !
    Et bonne année Isabelle 😉

    • isabelleaithnard dit :

      Bonjour Aurélie,

      Oui, difficile d’y échapper. Je plains l’équipe de l’autre film sur YSL qui sort en mai !!!
      Bonne année,Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + 18 =