Le mot du jour : Catherine Nay, d’Europe 1.

“Carla Bruni aurait pu faire un effort, elle avait l’air d’une hippie non recyclée. Pour une première dame il faut éviter ce genre de choses  surtout qu’on a connu le mannequin glamour”. 20 mai, 11h11.

Catherine Nay, à gauche, et Il n’y en a pas deux comme ELLE.©StoryBox Europe 1

 

Paris Match n°3287

Le contexte : L’équipe de  Il n’y en a pas deux comme ELLE, (émission hebdomadaire diffusée tous les dimanches à 11h sur Europe 1) commente le look de Carla Bruni-Sarkozy, ex-première dame, au moment où elle passe le relais à Valérie Trierweiler, nouvelle première girl-friend (comme l’a surnommée la presse américaine), sur le perron de L’Elysée. Un événement immortalisé par la couv’ de Paris Match, entre autres. 

Marion Ruggieri, animatrice de cette émission et, par ailleurs, réd’chef  de ELLE, s’adresse à l’écrivain Patrick Besson puis à l’éditorialiste et journaliste politique Catherine Nay.

Marion Ruggieri à Patrick Besson: – Mais comment expliquez-vous, vous, cette métamorphose, ce début de quinquennat flamboyant, on se rappelle tous sa révérence à la Reine d’Angleterre, le bibi, tout ça, et cette fin de quinquennat un peu chiffonnée ?

(Patrick Besson évoque alors, la timidité, le côté extrêmement solitaire et la gentillesse de Carla Bruni avant que Marion Ruggieri ne se tourne vers Catherine Nay)

Marion Ruggieri : –Catherine vous avez vu…

Catherine Nay : -Dès qu’ils se sont mariés (Ndlr: Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Tedeschi), ils ne sont plus jamais sortis pour dîner. Ils vivaient une vie très bourgeoise, très petite bourgeoise à regarder des DVD le soir, à ne pas sortir. Mais moi, j’explique, puisqu’il s’agit de la tenue qu’elle arborait un peu, la silhouette aussi qu’elle montrait, elle aurait pu faire un effort, si vous voulez, parce qu’elle avait l’air d’une hippie non recyclée et comme pour une première dame il faut éviter ce genre de choses, surtout qu’on a connu le mannequin glamour. Mais les explications, puisque vous en voulez, je ne juge pas, moi j’aurais préféré la voir dans une robe vague, un peu plus maquillée et tout ça…mais donc l’explication, c’est non pas qu’elle était déprimée ou qu’elle faisait la gueule c’est que voilà, elle tournait la page.

L’extrait de cet échange est disponible sur le site d’Europe 1, dans Il n’y en a pas deux comme ELLE.


Ce contenu a été publié dans Citations, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le mot du jour : Catherine Nay, d’Europe 1.

  1. Simba dit :

    En conclusion, Carla, mannequin ou pas, ne fait partie des élégantes naturelles. Oui, nous aussi on tourne la page!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 5 =