L’Humour en Capitales, les nouveaux talents du rire-2: Emma Gattuso, Paco Perez, Alban Ivanov.

Comme Jocelyn Lemoisne, Samia Orosemane et Marine Bouasson dont LBFQR vous parlait hier, Emma Gattuso, Paco Perez et Alban Ivanov font partie des jeunes humoristes sélectionnés par le festival Humour En Capitales suite aux votes d’internautes et d’un jury de professionnels. Demain, mardi 29 mai à 20h30 au Caveau de la République, à Paris, ils présenteront un extrait de leur show, un exercice qui révéla Kev’ Adams en 2009 et Waly Dia en 2011, lauréats du Prix de l’Humour. A la clé ? Un super ticket pour la notoriété !

Trois jeunes talents en quête de reconnaissance et de succès.

Emma Gattuso

Ce qu’il faut savoir sur Emma Gattuso, comédienne.

Emma Gattuso est une grande et jolie blonde que l’on a pu voir dans des pubs (Bouygues Immobilier, Opti’Fresh, Philips…) si on ne l’a pas vue sur scène. Ses fans de la première heure, eux, l’ont découverte dans Et si c’était pas vrai, one-woman-show qu’elle jouait sous le seul prénom d’Emma et dont les textes étaient signés Emma Riedel. En 2009, Emma revenait sur scène dans un show intitulé Toute petite déjà où pointait déjà une forme d’humour caustique, voie qu’elle a choisie de suivre encore dans Emma Gattuso m’a tuer, le show qu’elle joue depuis janvier dernier au Théâtre de Dix Heures. Lauréate du Prix du jury du Marathon du rire en 2009, cette ancienne élève du Cours Florent a fait la première partie des shows de Gérald Dahan.

De la sélection des nouveaux talents d’Humour En Capitales, Emma Gattuso est la seule dont j’ai vu le spectacle intégralement en février dernier. J’en avais parlé dans un article intitulé Du côté de Pigalle, des souris et un homme…Comme  je suis toujours très curieuse de revoir les artistes plusieurs mois après leur démarrage, je suis impatiente de la retrouver. L’affiche où elle tient un couteau dégoulinant de sang et la tête d’un nounours fraîchement décapitée (le pauvre subissait déjà le même sort sur le flyer de Toute petite déjà!) est pleine de promesses…Emma aimant aller là où ça grince, gratte et coince on devrait, en toute logique, voir quelques cadavres tomber sur la scène du Caveau. 

Emma Gattuso jouera demain soir le sketch Littérature torture, extrait de Emma Gattuso m’a tuer. Dans Littérature torture, elle fait une critique littéraire des œuvres réelles ou fictives de Frédéric Mitterrand (Pas vu, pas pris), de Lady Di (Salut les potos !)  mais aussi de Marine Lepen, Carla Bruni et  DSK…

Où applaudir Emma Gattuso : Au Théâtre de Dix Heures, les mardis et mercredis à 19h jusqu’au 27 juin.

Paco Perez

Ce qu’il faut savoir sur Paco Perez comédien, 26 ans.

Paco Perez est un comédien français qu’il ne faut pas confondre avec Paco Perez, comédien franco-espagnol dont les yeux sont aussi bleus que ceux du premier sont noirs. L’un fait du stand-up et a été sélectionnné au Festival Humour en Capitales, l’autre du cinoche, des séries télé et de la pub. L’un a répondu succintement au blogfemmequirit, l’autre n’a aucune raison de le faire. Voilà pour l’intro.

Quand j’ai demandé à l’humoriste Paco Perez dans quel emploi on le distribuait lorsqu’il étudiait au Cours Florent, il a répondu : «Pas trop comiques, plutôt des rôles de jeunes beaux, je suis assez beau physiquement…oui, beau». Il a dit ça a avec une telle spontanéité que ça m’a touchée. Si, si. C’était sans assurance, sans fatuité et même loin de la lassitude du mec blasé. Ça me le rend intéressant de le voir accepter une réalité que qu’autres feignent d’occulter. La plupart des beaux comédiens (je parle ici des hommes et non des comédiens en général) vous rasent à force de vouloir vous convaincre qu’ils ne sont pas que beaux, qu’ils ont une richesse intérieure, un mystère et blabla…Plus ils vous invitent à pénétrer et sonder cette mystérieuse intériorité plus ils se noient et vous saoûlent en même temps. C’est une attitude typiquement française. Quand vous dites à un acteur américain qu’il est beau, il sourit d’abord pour vous montrer l’éclat de l’émail de ses dents et l’absolue perfection du travail de son dentiste et vous remercie ensuite. Et pour prouver qu’il est aussi modeste que beau, il ajoute : “Disons qu’à tout juste 29 ans, je tiens encore debout et passe pour beau tant que Brad Pitt, George Clooney, Zac Efron ou Robert Pattinson ne sont pas sur le plateau”. Et la journaliste trouve ça tellement mimi, so cute, kawaï qu’elle repartira ravie, enchantée, séduite quelle que soit la qualité ou la platitude des propos recueillis. Voilà comment on s’assure à Hollywood d’avoir un article en sa faveur. En France, un acteur dont vous saluez le physique est tellement pressé de passer à autre chose que votre compliment passe pour une insulte.

Mais en réalité qui, à part Alain Delon, assume d’être un bel homme ? Bon, on n’a pas ici 36 000 cas susceptibles de succéder à Delon. Je ne parle pas des mignons, des pas mal, des sympas, charmants…non, du vrai bel homme. Sous quelque angle qu’il soit filmé, Delon est toujours parfait. Si on s’en tient au seul physique, on en trouve des canons au ciné. Anthony Delon, Nicolas Cazalé…Sauf que Delon père, ça n’est pas qu’une gueule, un corps avec de vrais morceaux de charisme dedans. C’est autre chose qu’un yaourt. Delon, c’est une vision, un instinct, de l’intelligence,  une ambition, du travail… Je suis toujours surprise de constater qu’Alain Delon a tout juste 24 ans quand il tourne Plein Soleil, Rocco et ses frères, qu’il en a 26 au moment de L’Eclipse et du Guépard… et qu’il aligne durant les quinze premières années de sa carrière des films exceptionnels quand ce ne sont pas des chefs-d’œuvre. Tout ça pour dire que, c’est pas grave d’être beau, ça ne vous rend ni taré ni meilleur que les autres. Si on l’accepte et le dépasse on peut se concentrer sur autre chose comme le talent, le travail et envisager réellement une carrière. Et quand, à l’automne de sa vie, un comédien constate qu’il n’est plus beau que dans ses souvenirs et sur de vieilles photos, il peut continuer à s’enorgueillir d’avoir eu une très très belle carrière. C’est tout ce qu’on souhaite à Paco Perez.

1-Il est originaire de : Argenteuil en banlieue parisienne.

2-Le sketch qu’il jouera le 29 mai : “Les trois notions essentielles d’un sketch…enfin, ce n’est pas vraiment le titre mais vous pouvez le noter comme ça ! Je n’ai pas un spectacle entier, mais 15mn. J’ai d’abord écrit seul et puis avec mon cousin”.

3-Son humour : “Ce que je fais est absurde et décalé. Je fais du stand-up dont je suis le personnage”.

4-Ce qui a encouragé sa vocation : “Je n’avais pas de but précis en m’inscrivant à un cours d théâtre. J’aime la comédie, c’est tout”.

5-Sa formation de comédien : “J’ai passé deux ans au Cours Florent. Auparavant, j’ai eu un DUT d’informatique, pris une année sabbatique, appris la musique et commencé plein de choses sans aller jusqu’au bout…”.

6-Et ses parents dans tout ça ? “J’habite chez eux. Leur réaction se situe entre l’angoisse et l’indifférence”.

7-Les humoristes qui lui ont donné envie de faire de la scène. “J’aime beaucoup Gad Emaleh, Jamel, Florence Foresti, Chris Rock et George Carlin qui pratique un humour assez politique”.

8-Dans 5 ans, il se voit en train de : “Je ne sais pas mais mon rêve serait d’en vivre”.

Où applaudir Paco Perez : sur des plateaux d’humoristes.

Alban Ivanov

Ce qu’il faut savoir sur Alban Ivanov 

Alban Ivanov est le seul à poser devant le panneau de L’Humour En Capitales avec humour. Rasé de frais pour la circonstance, il ne manque pas de pointer du doigt le nom de la marque partenaire de l’événement, qui s’y connaît en matière de rasage, de feux de rasoirs et autres crémouilles pour les apaiser. C’est bon signe, ce type-là c’est  jouer de son image et de celles des autres.

Alban Ivanov et Emma Gattuso sont les deux seuls humoristes retenus pour le Festival Humour en Capitales que je n’ai pas interviewés. D’Emma Gattuso, je connais le show, d’Alban je ne connais que Cannes Drive (Very bad Cannes), la série de sketches diffusée sur Canalplus.fr pendant le 65 ème Festival de Cannes, et quelques videos sur YouTube. Je connais donc VNR (prononcer Vener) son rappeur à l’inspiration paresseuse et dont l’esprit se laisse parfois gagner par de brefs instants de lucidité (“Ma mixtape de 147 titres sort lundi donc vous la trouverez par terre sur tous les bons trottoirs”). UnVNR plus prompt à envoyer aux filles “des bouquets de doigts” que des bouquets de roses et qui gagne malgré lui notre sympathie. Voilà pour le style de cet auteur vif, spontané, malin qui a fait ses classes à La Ligue d’Improvisation Départementale des Yvelines, en 1997, avant de rejoindre la troupe Trait d’union en 2002. Qu’il s’agisse d’improviser et donc d’exercer son talent d’auteur ou de respecter à la lettre L’Avare de Molière, Alban Ivanov ne craint pas de montrer qu’il est un comédien qui peut/sait tout faire. On ne s’étonne donc pas de le voir également dans des pubs (AOL, Bouygues Télécom, Ecco), des séries télé (L’Instit, Central Nuit, Franck Keller, SOS 18…)ou  au ciné (Les Mythos, Le bistro du coin). Demain soir, il interprètera Pigalle, un extrait du spectacle Alban Ivanov est les autres. J’ai hâte de voir en chair et en texte un auteur dont j’apprécie le travail à la télé.

Où applaudir Alban Ivanov : au Théâtre de Dix Heures, tous les mardis à 20h15 jusqu’au 26 juin.

Demain, je vous parlerai d’Antoine Schoumsky, de Fary Brito et d’Augustin Schackelpopoulos.

Ce contenu a été publié dans A voir vite, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 5 =