Alain Delon, cet inconnu : un documentaire à voir absolument.

Alain Delon, cet inconnu, documentaire réalisé par Philippe Kohly sera diffusé lundi 2 novembre sur France 3. A voir absolument !*

Alain DELON dans Plein soleil réalisé par René CLEMENT en 1960

Alain DELON dans Plein soleil réalisé par René CLEMENT en 196

Beau, absolument beau, incroyablement lucide et terriblement orgueilleux. C’est avec ces trois “qualités” pour tout bagage et un CAP en charcuterie qu‘Alain Delon fait son entrée au cinéma à la fin des années 1950. Un monde éloigné de son milieu d’origine et qu’il va pourtant investir avec autant de talent, de naturel et d’intelligence que s’il y était né. Très vite, le Guépard apprend à se tailler la part du lion.

Aucun acteur français à ce jour ne peut se targuer d’avoir cumulé, en un laps de temps aussi court (les annéees 60 et 70 sont marquées par sa collaboration avec les meilleurs réalisateurs), autant de rôles puissants, vertigineux, solaires (Plein soleil, Rocco et ses frères, L’Eclipse, Le Guépard, Le Samouraï, La Piscine…) qui ont fait du comédien une véritable star. Mieux, une légende de son vivant.

Alain DELON dans Rocco Et Ses Freres réalisé par Luchino VISCONTI en 1961

Alain DELON dans Rocco Et Ses Freres réalisé par Luchino VISCONTI en 1961

C’est un beau portrait du Samouraï que signe Philippe Kohly (déjà réalisateur de ceux de Boris Vian, La Callas, Romain Gary, et de celui d’Edith Piaf qui sera diffusé courant novembre) honorant une commande de Patricia Boutinard-Rouelle, fan de Delon éclairée et productrice opiniâtre. “Cela fait 10 ans que j’essaie de faire un portrait de Alain Delon, raconter l’un des plus grands acteurs du cinéma français, précise la productrice. Traverser sa vie, ses fêlures personne ne s’y était essayé, Alain Delon restait insaisissable“.

Delon ni pour ni contre un docu…bien au contraire.

Delon n’a pas donné son aval ni opposé de refus à la réalisation de ce premier documentaire sur lui co-produit par France 3 et Arte.  Faut-il y voir une forme d’acquiescement  de la part de celui qui s’emploie à interdire toute biographie sur lui ?

Tout Delon est contenu dans Delon.

Construit uniquement à partir d’archives et d’interviews du comédien, ce document élude les témoignages de confrères, amis ou parents  et c’est tant mieux !  Ce genre d’inserts a tendance à éclater les portraits en proposant trop de pistes. A l’exception de Bertrand Blier, réalisateur de Notre Histoire qui vaudra à Delon le César du meilleur acteur en 1985, aucun cinéaste ne prend la parole. Les mauvaises langues prétendront qu’ils sont tous morts (Yves Allégret, Visconti, Losey, Antonioni, Clément…). Et ce n’est pas faux. Mais ourquoi prendre le risque de faire parler les autres quand tout Delon est contenu dans Delon ?

Alain DELON (1967)

Alain DELON (1967)

On a beaucoup ri, Les Guignols en tête, du comédien parlant de lui à la troisième personne comme le faisait Greta Garbo;  Delon s’en est amusé, lui aussi, dans Astérix aux Jeux Olympiques où il campe le rôle de César. Force est de constater qu’Alain Delon s’est peu trompé sur lui-même. On est surpris par la maturité, la lucidité et la très grande connaissance de lui-même qui éclairent le jeune Alain Delon, loup solitaire très tôt livré à lui-même. Abandonné un temps  par sa mère, premier grand amour de sa vie, oublié par son père, Delon est contraint d’avancer seul : sans modèle ni référent avec pour seule boussole, son instinct. On a le sentiment que tout est en place chez le jeune homme tout juste échappé d’une enfance chaotique et qu’un passage à l’armée ne remettra pas sur les bons rails-comme on le pensait à l’époque.

Absolument beau, celui qui se trouvait “trop minet, peu viril et un peu effeminé” ne tardera pas à prendre conscience de son pouvoir (charisme et sex appeal confondus) sur la gent féminine et masculine. Atout qui lui ouvrira les portes du succès, de l’amour mais pas du bonheur. Même entouré et  amoureux (Romy Schneider, Nathalie Delon, Madly, Mireille Darc, Rosalie Van Bremen compagnes au long cours ou/et mères de ses enfants), Delon s’est toujours senti seul.  C’est avec une certaine émotion que l’on découvre d’ailleurs, sur sa propriété de Douchy (Loiret), les 35 tombes de ses chiens auprès desquels la star souhaite être inhumée. Reposer auprès de ses chiens quel triste projet quand on a été autant aimé, adoré, adulé.

A l’issue de ce très beau documentaire Delon, cet inconnu -dont la narration est assurée par Audrey Fleurot après le refus de Nathalie Baye-  on comprend davantage qui est ce comédien singulier que l’ on regrette de ne plus voir sur grand écran. Et qu’a priori on ne reverra pas de sitôt. Quel dommage qu’au moment où France 3 s’apprête à diffuser ce portrait que l’objet dudit document se répande dans la presse sur des sujets prompts à générer des tensions petites (voir ses commentaires sur Touche pas à mon poste et CyriHanouna regardés par des “millions de cons”) ou grandes (voir son soutien à Nadine Morano). A chaque nouvelle déclaration (le mariage gay, l’an dernier), Delon, qui aura 80 ans le 8 novembre prochain, écorne un peu plus son image et creuse le fossé entre le grand comédien qu’il a été et la nouvelle génération qui se retient de le citer comme modèle. Interrogez les Dujardin, Cassel, Lellouche et autres Duvauchelle… tous citent spontanément Belmondo, grand rival de Delon, comme leur idole absolue. Dommage, Le Guépard aurait eu tellement de choses à transmettre à ces jeunes lionceaux affamés de gloire et de reconnaissance.

Delon, cet inconnu, documentaire de 90mn écrit et réalisé par Phiippe Kohly, produit par Patricia Boutinard-Rouelle diffusé le lundi 2 novembre à 20h45 sur France 3. Et rediffusé le vendredi 27 novembre à 23h20

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans A voir vite. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + onze =