Michel Herbelin montre la vie en rose

MICHEL HERBELIN nous montre la vie en rose en proposant trois jolis modèles Antarès à adopter avant tout le monde comme pour annoncer le printemps.

Michel Herbelin réf COF.17443/01

MICHEL HERBELIN rhabille l’iconique montre Antarès pour l’hiver. Tout de rose vêtu, ce modèle est devenu en une vingtaine d’années LA référence de toutes les femmes élégantes en quête d’un luxe accessible. Un classique qui se réinvente chaque année. Rappelez-vous la délicieuse collection Tutti Frutti de l’an dernier ! Proposée avec trois boîtiers différents : en forme de lyre (diamètre : 30 mm. Etanche 50 m), de rectangle (19,1 x 32,35 mm. Etanche 30m ) ou de rond (diamètre : 29 mm. Etanche 50 m) et trois nuances de rose (poudré, orchidée et fuchsia), c’est la montre qui annonce les beaux jours.

Michel Herbelin réf COF.17048/01

Lassée des bracelets au cuir noir, caramel, café ou taupe ? C’est l’occasion ou jamais de succomber à l’une de ces trois Antarès en pensant au printemps, à l’été, au soleil et à l’effet de cette couleur rose vitaminée sur votre peau hâlée.

Montre Antarès  à bracelet interchangeable de Michel Herbelin: 550 €  en coffret avec un bracelet supplémentaire. Bracelet rose interchangeable supplémentaire en cuir simple :  90 €. Bracelet rose interchangeable supplémentaire en cuir à double tour : 120 €. Cadran argenté avec chiffres romains (pour les modèles rectangulaire et rond) et argenté guilloché soleillé au centre avec chiffres romains (pour la lyre).

Michel Herbelin réf COF.17447/08

Les montres Michel HERBELIN sont distribuées chez les horlogers-bijoutiers et dans les grands magasins.

INFO POINT DE VENTE : 03 81 68 67 67  www.michel-herbelin.com

 

 

 

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Destroyer un film mal inspiré

DESTROYER, le nouveau film de Nicole Kidman sort le 20 février. L’affiche annonce une “Nicole Kidman comme vous ne l’avez jamais vue“. Autant ajouter qu’on ne souhaite surtout plus la revoir ainsi.

 

Faut-il aller voir DESTROYER  film de Karyn Kusama avec Nicole Kidman ? NON. Sauf s’il pleut et qu’on n’a pas trouvé meilleur abri qu’une salle de cinéma.

Flic paumée et alcoolo, séparée de son compagnon et rejetée par sa fille de 16 ans, Erin (Nicole Kidman) agent du LAPD (Los Angeles Police Department) erre comme une âme en peine à la recherche de Silas, un malfrat dont elle a infiltré le gang une quinzaine d’années plus tôt et qu’elle veut punir. Silas a sur les mains le sang des employés d’une banque tués lors d’un hold-up et celui d’un agent du FBI petit copain de Kidman.

DESTROYER est un film mal  inspiré et construit. Proposé comme un monotone va-et-vient entre le passé de l’agent qu’elle a été et la policière solitaire usée et désabusée qu’elle est devenue. Maquillée à outrance pour imprimer les outrages du temps et les ravages de la boisson, Nicole Kidman ressemble davantage à un zombie échappé du Thriller de Michael Jackson qu’à une héroïne dont on aimerait suivre le combat. A vrai dire, elle est plus destroyed (détruite) que destroyer (destructrice).

Transformation physique, héroïne confite dans sa culpabilité et à la recherche d’une rédemption… pfuff. DESTROYER est typiquement le genre de rôle qu’on accepte en se disant qu’il recueillera un Oscar. Las, il n’y a pas de scénario et la fin est tellement prévisible qu’on ne regrette pas que les mangeurs de popcorn raclent le fond de leur cornet avec force bruits. Allez, next!

Publié dans Coups de cœur | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Mais qui relit les dialogues des séries ?

Mais qui relit les scénarios et dialogues des séries télé ? C’est une vraie question.  Si certains spectateurs se focalisent sur l’action et elle seule; moi, ce sont les mots, leur agencement et leur sens qui m’interpellent d’abord…

Cassandre © France 3

Et ça m’incite de plus en plus souvent à cesser de suivre des téléfilms ou séries pour lesquels j’avais, au départ, un intérêt.

Quand je regarde CASSANDRE sur France 3 -avec la trop rare Gwendoline Hamon-, j’ai le poil qui se hérisse en entendant la comédienne Emilie Gavois-Kahn dire à Alexandre Varga : “Au vu de votre INCLINAISON pour elle, vous n’êtes pas le mieux placé pour évaluer la culpabilité de son ex”. 😏Non, mais on est sur le service public !!!! Qui doit-on blâmer ? L’auteur des dialogues qui ne consulte pas de dictionnaire ? Le producteur qui valide lesdits dialogues ? Le diffuseur qui accepte le programme ?

Certes, la série est tournée en Savoie et donc en altitude mais n’y a-t-il pas quelqu’un pour leur dire que la pente a une INCLINAISON et qu’un être humain peut avoir une INCLINATION pour son boss, le whisky et plein d’autres choses ? Apparemment, le dialoguiste n’a aucune inclination pour le français. C’est mon humeur du dimanche à 4h55.

 

Publié dans Drôle d'humeur | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Quinola Mothergrain le partenaire de nos repas healthy

Quinola Mothergrain, gamme de produits à base de quinoa, élargit son offre avec des galettes. Des recettes idéales pour les adeptes d’une food healthy, bio et sans gluten.

A chaque nouvelle année ses nouvelles résolutions. Si se (re)mettre au sport et attaquer un régime font partie des priorités de nombreuses Françaises, avoir une alimentation saine arrive en 4 ème position sur la liste de leurs vœux. Juste après l’envie de “positiver davantage”*. Se pose alors la question du choix des bons produits, de la bonne méthode à adopter.

Parmi la pléthore de produits proposée dans les commerces, j’ai trouvé intéressante la gamme Quinola Mother Grain, spécialiste du quinoa bio, sans gluten, équitable et vegan. Et particulièrement leur nouveauté : les galettes au quinoa et aux légumineuses. Idéales pour les pauses gourmandes et pour le snacking sain, elles sont plus goûteuses que les galettes de riz  et surtout dotées d’un index glycémique plus faible. Riches en protéines végétales, on les mangera nature ou accompagnées d’un peu de confiture, de miel ou de fromage.

Craquer pour les galettes sera l’occasion de découvrir les autres produits de Quinola Mother Grain élaborés à partir de graines de quinoa provenant du Pérou mais aussi de France. Des produits adaptés à chaque moment de la journée et aux habitudes de chacun. Aux plus pressés d’entre nous, Quinola Mother Grain propose Express Quinoa. Disponible en 9 recettes (dont Légumes du Soleil, Pois chiches à l’Indienne, Pois cassés etc…), ce sont des sachets de quinoa précuit à réchauffer au micro-onde ou à la poêle en deux minutes. On peut également les consommer froid.  “Avec ses sucres lents, explique James Livingstone-Wallace, fondateur de la société, le quinoa vous rassasie pour longtemps. Et comme il est sans gluten ni cholestérol, il convient à ceux qui suivent un régime spécifique”.

Pour éduquer le palais des enfants aux légumes, on adoptera Quinoa Kids disponible en  3  saveurs : Thaï, Méditerranéenne et Tex Mex. La marque n’a pas oublié les tout petits auxquels elle propose Baby Quinoa, une alternative aux pt’tits pots grâce à cinq recettes également précuites : Patate douce et betteraves, Carottes et Lentilles, Petits pois, épinards et panais, entre autres…

Ceux qui, comme moi,  préfèrent cuire le quinoa, opteront pour la gamme Quinoa simple. Disponibles en 4 versions (rouge, blanc, noir cultivés au Pérou et le quinoa 100% complet cultivé en France par des coopératives situées en Anjou), ces formules-là se cuisent à l’eau (14mn) ou à la vapeur (un peu plus long mais tellement meilleur)  et constituent des repas simples, sains et équilibrés.

Très appréciée des consommateurs, la marque Quinola Mothergrain a été auréolée de plusieurs prix. Les recettes Express Quinoa au Curcuma façon pilaf, Quinoa Express graine complète et Express quinoa à la méditerranéenne ont reçu la Médaille de bronze du concours Innovation édition 2017 organisé par la FEEF ( Fédération des Entreprises et des Entrepreneurs de France), un Great Taste Awards ainsi que le prix SIAL Innovation 2018.

Les sachets de quinoa sont vendus entre 2,19€ et 3,59€ selon les recettes et les lieux de vente.

Où trouver Quinola Mothergrain ? Dans des magasins bio comme Bio C’Bon et Carrefour Bio. Egalement au rayon bio des GMS : Carrefour, Géant Casino, Monoprix. Sur les sites Internet  : Amazon, OOshop, Greenweez, Morrisons.

*Enquête réalisée par Newpharma  avec l’institut Toluna sur les bonnes résolutions des Français pour 2018.

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Agatha célèbre la Saint-Valentin

Agatha invite les plus romantiques à sceller leur histoire en offrant de l’amour et des cœurs. Grands ou petits, l’essentiel étant qu’ils portent de généreux sentiments.

 

LOVERS, bracelet rigide, gravure «amour», argent véritable émail et oxyde de zirconium. Agatha, 59 €

On avait laissé la maison Agatha à l’orée d’une forêt luxuriante,  avec la collection Botanic éditée pour les fêtes de Noël. La revoilà avec une collection toute en finesse, légèreté et pleine d’un romantisme qui ravira les fans de cette maison qui aura 45 ans cette année. Fidèle à sa politique de prix abordables, Continuer la lecture

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Les Deux Magots lance le lundi des écrivains

Les Deux Magots, mythique café de Saint-Germain-des-Prés, lance Le Lundi des écrivains, un rv mensuel entre les auteurs et leurs lecteurs fidèles ou nouveaux devant un verre et une assiette froide. Un régal pour le corps, le cœur et l’esprit.

Les Deux Magots by night© Les 2 Magots

Les Deux Magots ne cesse de réenchanter Saint-Germain-des-prés, ce quartier de Paris chers aux éditeurs, aux écrivains et naguère aux jazzmen. Avec les travaux de rénovation entrepris en janvier 2018, la maison n’a pas seulement revu la décoration (exit le rouge opéra des rideaux habillés désormais de vert émeraude), elle s’est également attachée à programmer des rendez-vous culturels qui ravissent les habitués du lieu et enthou-siasment les touristes curieux de découvrir l’esprit de la rive gauche.

Le menu du Lundi des Ecrivains © LBFQR

Sous l’impulsion de Catherine Mathivat, la patronne des Deux Magots et représentante de la quatrième génération de la famille Boulay Mathivat propriétaire de l’établissement depuis 1914, le café perpétue deux traditions qui ont fait son histoire : l’accueil des écrivains et des musiciens.

Les Deux Magots, lieu favori des amateurs de jazz

Tous les jeudis, à partir de 19h30, on peut dîner ou boire un verre dans la salle principale, sous l’oeil protecteur des deux statues des Deux Magots, en écoutant du jazz. Vocale ou instrumentale, la sélection des artistes a été confiée à Lionel Boccara dont la réputation dépasse nos frontières. Les trios Mélanie Dahan, Sandro Zerafa, Lexie Kendrick, Melina Tobiana, Dan Nicholas et Melody Linhart, Christian Brun, entre autres, ont déjà égayé les soirées du café et conquis les clients qui en redemandent.

L’Assiette des Ecrivains © LBFQR

 

Pour avoir dîné un soir d’octobre (je vous reparlerai du risotto de gambas, du tartare crabe-avocat et de la carte des Deux Magots) au son d’un de ces groupes, je peux témoigner du plaisir et du bonheur éprouvés en dégustant les meilleurs plats de la maison. On écoute la musique mais on s’entend parler. La première ne couvrant pas la voix des convives. C’est agréable, festif. Convivial même puisqu’au détour d’un air qu’on se met à fredonner, on se hasarde à parler avec ses voisins de table. Rarissime en ces temps difficiles où s’attabler à une brasserie de cette qualité peut être légitimement considéré comme un grand privilège. Un véritable luxe qui reste cependant abordable.

Les Jeudis du jazz © Les Deux Magots

…et  royaume des écrivains.

Côté littérature, Les Deux Magots ont également vu les choses en grand en aménageant une bibliothèque dans l’aile du café installée sur le boulevard Saint Germain. Les derniers ouvrages publiés chez les plus grands éditeurs sont à mis à la disposition du client qui peut  les feuilleter, les lire sans être poussé vers la sortie…ou même les emporter.

La bibliothèque des Deux Magots © Les 2 Magots

“En principe, on ne part pas avec, confie Catherine Mathivat avec ce grand sourire qui est sa signature. Mais si le livre est emporté c’est qu’il a conquis un lecteur. Nous avons donc rempli notre mission de faire se rencontrer un auteur et un lecteur. Le livre est fait pour circuler et se transmettre“. C’est d’ailleurs dans ce même esprit de partage et de transmission qu’a été pensé, en partenariat avec la librairie L’Écume des Pages, Le Lundi des écrivains.

Bernard Werber invité du Lundi des écrivains

Le premier lundi de chaque mois, Les Deux Magots invite un écrivain à débattre de sa dernière œuvre avec un public. Dans une ambiance cool et sans prétention, l’auteur revient sur les points importants de sa carrière au micro de Baptiste Liger, rédacteur en chef du magazine Lire. Puis répond aux questions des participants installés devant un bon verre de vin, un soda, un  jus de fruits ou une boisson chaude et la fameuse “Assiette des écrivains”, qui mêle, en portions généreuses, fromages, charcuteries et crudités. Ce rendez-vous mensuel s’articule autour de deux sessions. De 18h30 à 19h15 : débats et échanges avec l’auteur. Puis de 19h15 à 20h : séance de dédicace ouverte au public.

 

Livres de la bibliothèque © Les 2 Magots

Katherine Pancol a inauguré le rendez-vous le 8 octobre 2018. L’écrivain à la renommée internationale était venu fêter l’anniversaire de parution de Trois Baisers (Albin Michel). Elle fut suivie de Bernard Werber  (le 5 novembre) venu présenter La boîte de Pandore (Albin Michel). Puis de Nicolas d’Estienne d’Orves invité à débattre, le 3 décembre, autour de Marthe ou les beaux mensonges (Calmann Lévy).

Le lundi 14 janvier, Charles Berling ouvrira la saison 2019. Le comédien, actuellement à l’affiche du film Un beau voyou,  parlera avec la passion qui le caractérise d’ Un homme sans identité (Le Passeur), son troisième livre. Le 4 février, une autre grande figure du cinéma français viendra rencontrer son public : le réalisateur Jean-Pierre Mocky.

Les places étant limitées, mieux vaut réserver au 01 45 48 73 57 du lundi au vendredi de 9h à 12h ou de 14h à 16h ou à : contact@lesdeuxmagots.fr . Les Deux Magots : 6 place Saint-Germain-des-Prés 75006 Paris.

Librairie L’Ecume des pages : 174 boulevard St Germain 75006 Paris. Ouverte du lundu au samedi de 10h à minuit. Et le dimanche de 11h à 22h.

 

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec | Laisser un commentaire

La Traviata et les grands opéras au cinéma : un régal !

LA TRAVIATA  jouée au Met de New York hier soir était  retransmise en direct dans le circuit des salles de cinéma du groupe Pathé-Gaumont. Une vraie chance, un régal !

Diana Damrau et Juan Diego Florez ©MET

Hier soir, à l’heure ou beaucoup d’entre vous regardaient défiler les Miss, j’étais au Met (le Metropolitan Opera de New York) devant La Traviata mise en scène par Michael Mayer et dirigée par Yannick Nézet-Séguin. Je suis rentrée, après 3h30 de spectacle, juste à temps pour voir les cinq dernières miss retenues pour l’élection de Miss France 2019.

Je n’ai pas pris un jet pour me déplacer aussi rapidement entre Paris et New York et aller voir La Traviata mais juste un billet au cinéma GaumontParnasse. Oui, on peut être à Paris et suivre en direct un opéra à New York, un ballet du Bolchoï à Moscou grâce au partenariat qu’a passé Pathé Live, filiale de Pathé-Gaumont, avec ces grandes maisons. La Comédie Française et l’Opéra National de Paris sont également partenaires mais c’est à 20 minutes de chez moi. Les œuvres sont projetées sur écran géant, en haute définition et son numérique et, détail de taille sous-titrées en français.

C’était la première fois que j’assistais à une représentation de La Traviata qui est l’un de mes opéras préférés. DIANA DAMRAU, interprète de Violetta, est absolument divine et m’a émue aux larmes plus d’une fois. JUAN DIEGO FLOREZ  et QUINN KELSEY dans les rôles d’Alfredo Germont et Giorgio Germont sont vertigineux. Même si j’avoue avoir trouvé l’interprétation du baryton Quinn Kelsey un peu monolithique.

Le grand écran permet de saisir une émotion au plus juste.

Regarder un opéra comme La Traviata sur grand écran permet de saisir une émotion au plus près, vous fait cueillir les moindres détails d’un visage, d’un corps. Là, une veine qui palpite; ici, une peau qui frémit. C’est géant au double sens du terme : grand par la taille et génial par le ressenti.  Et puis il y a tous les détails des décors et des costumes que l’on perçoit d’égale manière que l’on soit aux premiers ou derniers rangs.

Alors si vous aimez l’opéra, le ballet et le théâtre, je vous invite à consulter le programme* des salles Pathé-Gaumont qui retransmettent régulièrement en direct de grandes œuvres -UGC le fait également mais il se trouve que je suis abonnée depuis très longtemps à Gaumont. En quelques années, j’ai pu me transporter loin de mon quotidien et rêver devant Casse Noisette, Coppélia, La Dame aux camélias,  Giselle, La Bohème, Tosca, Cendrillon, Roméo et Juliette, Tartuffe, Les fourberies de Scapin, Cyrano de Bergerac, Le Petit maître corrigé, Britannicus que j’ai eu a chance de voir au théâtre de La Comédie Française et revoir sur grand écran. Et bien sûr, La Traviata.

Les spectateurs respectueux et du lieu et de l’œuvre.

Sur chaque fauteuil, une feuille précisant le déroulé de la soirée avec le résumé de chaque acte, son timing et celui des entractes (hier, le spectacle commencé à 18h55 précises s’est achevé à 22h33 tout aussi précises), le nom des interprètes. Même si on ne connaît pas une œuvre, on est informé. Le plus étonnant c’est qu’on est au cinéma et que le comportement des spectateurs changent. Ils sont respectueux et du lieu et de l’œuvre. Quand je suis allée voir Coppelia, j’étais assise à coté de deux ados qui avaient chacun un énorme cornet de popcorn. J’enrageais d’avance. J’ai voulu changer de place avant le commencement. Impossible, la salle était pleine. Eh bien, je n’ai rien entendu et à la fin de la représentation leurs cornets étaient vides. Ils ont dû laisser fondre le popcorn sur leur langue en prenant soin de ne déranger personne. Autre satisfaction non négligeable : l’absence de pub. Juste hier un sponsoring discret de Rolex partenaire de l’opération mais rien d’outrancier.

Découvrir les répétitions des artistes.

Selon les œuvres, il y a un ou deux entractes de 10 à 15 mn. On peut aller se rafraîchir ou suivre sur l’écran les interviews des artistes, metteurs en scène, chefs d’orchestre, les changements de décor et le travail des techniciens décorateurs…Hier, on nous a montré une séance de répétition, évidemment pré-enregistrées,  entre Diana Damrau et le chef d’orchestre. C’était incroyablement magique de voir comment elle posait une intention sur un mot, à travers une intonation. Un travail colossal qui, comme toujours chez les très grands artistes, paraît simple lors des répétitions et révèle le génie de l’interprète une fois sur scène.

Depuis deux ans déjà projette également du stand up. Vincent Dedienne, Nawel Madani ont eu l’honneur d’être affichés sur grand écran et de toucher un public plus large que ceux des salles où ils se produisent. L’étonnante BLANCHE GARDIN fera elle aussi l’objet d’une transmission le 21 MARS A 19H30. C’est dit…

Continuer la lecture

Publié dans A voir vite | Marqué avec , | Un commentaire

La Belle-Iloise s’offre un take away rue Montorgueil

La Belle-Iloise, célèbre conserverie bretonne, s’offre un comptoir de petite restauration à emporter rue  Montorgueil à Paris. Une aubaine pour les amateurs de produits de la mer qui trouvent rarement ces denrées dans les enseignes de restauration rapide.

 

La Belle Iloise ©dessin de Soledad.

Le Bar à Sardines La Belle-Iloise est la bonne surprise de la rue Montorgueil, quartier branché de la capitale où l’offre de restauration est pléthorique. Cafés, restos, bars, brasseries, boulangeries proposent des cuisines française, grecque, italienne, japonaise, juive, chinoise…de la première à la dernière heure du jour. Mais si trouver à se sustanter est facile, les plats ou sandwichs proposés -à l’exception des menus végétariens- tournent principalement autour des mêmes Continuer la lecture

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

L’Atelier du Chocolat et ses tablettes bio et parfumées

L’ATELIER DU CHOCOLAT s’enrichit d’une collection de 4 tablettes de chocolat Bio agrémenté de graines et fruits secs. Un régal !

L’Atelier du Chocolat, partenaire de tous nos moments tendres et chaleureux, édite cet automne une mini collection de 4 tablettes certifiées Bio qui vont (r)éveiller nos sens.  Graines et fruits secs enchantent la matière première de L’Atelier du Chocolat autour de 4 parfums  et saveurs aux vertus différentes. Continuer la lecture

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Laurent Spielvogel montre ses Bijoux de famille à L’Archipel

Laurent Spielvogel montre ses Bijoux de famille sur la scène de L’Archipel, un seul-en-scène très personnel voire intime, totalement passionnant et passionnel.

 

Laurent Spielvogel entre en scène tout de noir vêtu, juché sur des escarpins couleur argent, un rideau en voilage blanc sur les épaules en guise de châle. En fond sonore, Marlène Dietrich dont il calque à merveille l’allure et les mimiques. Cette amorce est un peu longue mais après tout, Spielvogel se fait plaisir. On ne saurait bouder cette audace-là : utiliser le temps pour ce qu’il est et non pas comme l’espace obligé de rires en rafales et d’effets calculés. Vous l’aurez compris, Laurent Spielvogel, dont Les bijoux de famille signe un retour au one-man après une quinzaine d’années (Spielvogel !, son précédent one-man-show avait été joué de 2000 à 2002 au Petit Palais des Glaces), se range définitivement du côté du seul-en-scène théâtral plutôt que du stand-up formaté . Une tentation à laquelle d’autres cèdent un peu facilement au point de renier l’envie première qui les a conduits sur scène.

Sa voix, ses voix, ses gestes, déplacements…tout est juste, précis dans cette galerie de portraits finement dessinés même si la mise en scène manque de modernité et gagnerait à être un peu dépoussiérée. Il y a de la joie, de la douleur aussi, mais surtout beaucoup de tendresse et de plaisir dans le récit de ce parcours de comédien. Et cette joie-là est communicative.

A travers les autres, Spielvogel ne parle que de lui.

Avec Marlène, sa langue allemande, son glamour, son apparente froideur…Le ton est donné pour cette représentation émouvante qui passe en revue les personnages qui ont forgé la personnalité du comédien et décidé de sa vocation. Un ton qui se veut aussi léger que ce voile tout en transparence révélant une enfance et une adolescence qui en manquaient singulièrement. Un ton tout en humour et humeur pour ce comédien au jeu fin et élégant. Il en faut de la finesse et de l’élégance  pour faire resurgir du passé ce rabbin prosélyte, cette mère toute puissante, cette grand-mère qui ne l’est pas moins, ce père un peu rigide et toute cette famille d’artisans bijoutiers ashkénazes qui donne sa justification au titre du spectacle. C’est leur histoire que Spielvogel dépose et expose sur scène. Comme pour mieux s’en affranchir ?

Après Marlène, il y aura Barbara, Sylvie Vartan, De Gaulle, Giscard d’Estaing, une attachée de presse à la langue vipérine…Les jeunes générations ne saisiront pas toutes les références auxquelles Spielvogel emprunte un air, une posture, une parole… mais qu’importe puisqu’à travers ces évocations (parfois proches de l’hommage) c’est de lui et de lui seul qu’il parle avec tendresse, sincérité et parfois d’une manière un peu crue. C’est tout ce qu’on aime.

« Les bijoux de famille », de et par Laurent Spielvogel, mise en scène de Jérôme Sanchez ,jusqu’au 8 décembre à 20h30 au théâtre de L’Archipel,  17, boulevard de Strasbourg, 75010 Paris. Réservations: 01 73 54 79 79.

Publié dans A voir vite | Marqué avec | Laisser un commentaire