Geox contre le coronavirus

Geox, célèbre marque italienne de chaussures, s’engage dans la lutte contre le coronavirus qui ravage l’Italie depuis plusieurs semaines. Mario et Enrico Moretti Polegato, présidents de Geox et Diadora, ont versé un million d’euros à la région de Vénétie afin d’aider hôpitaux, médecins, infirmières et malades dans cette crise sanitaire inédite.

 

Mario Moretti Polegato

En ce temps de crise sans précédents que connaissent l’Italie et la Vénétie, il était de notre devoir moral de soutenir nos médecins et nos infirmières, qui sont en première ligne pour la lutte contre un ennemi aussi invisible qu’effrayant, ce qui nous rend tous égaux, vulnérables et sans défense » a déclaré Mario Moretti Polegato, fondateur de Geox et père de Enrico. 


« Avec ce don, poursuivent le père et le fils, nous voulons également exprimer notre proximité et notre soutien à toutes les personnes et à leurs familles qui se battent contre le virus. Nous devons rester fermes et respecter scrupuleusement les restrictions. Ce n’est que de cette manière, avec un comportement responsable, que nous serons en mesure de vaincre cette maladie et de retourner bientôt à nos vies. Nous sommes confrontés à une crise grave, mais je suis sûr que nous nous relèverons, plus forts qu’auparavant ».

Un geste qu’on aimerait voir imité plus largement ici et ailleurs. Le groupe LVMH, qui s’était engagé à fabriquer via le parfumeur Guerlain, des gels hydro-alcooliques, a déjà expédié ces produits indispensables, lundi 16 mars aux des hôpitaux de Paris. Le géant du luxe français promet même de satisfaire la demande des hôpitaux estimée à près de 12 000 litres par semaine. Dans cet effort de guerre contre le coronavirus, Guerlain sera épaulé par les maisons Givenchy et Dior, également propriétés de Bernard Arnault, PDG de LVMH.

Autre grand groupe français dont la réputation est internationale, Pernod-Ricard fournira gratuitement 70.000 litres d’alcool pur au laboratoire Cooper, leader dans la fourniture des pharmacies françaises. Ce don, fait à l’initiative d’Alexandre Ricard, PDG de l’entreprise, permettra de fabriquer 1.800 000  flacons individuels de 50 ml. “On ne produit pas l’alcool nous-même, a déclaréAlexandre Ricard à Europe 1,mais on a fait l’état des lieux de ce qu’on pouvait donner”.

Ces entreprises ne sont évidemment pas les seules à participer, soutenir, encourager, aider tous ceux et celles qui luttent au premier plan contre le coronavirus. De nombreuses PME, start-up mêlent leurs efforts aux leurs. C’est pour cette raison que je suis choquée lorsque je reçois les newsletters de marques qui, plutôt que de donner et partager, nous incitent à cheter leurs produits en promettant de reverser 10% des bénéfices aux hôpitaux de Paris. C’est qu’affirme Sézane qui ouvrait sa newsletter du 18 mars dernier par ces mots : “Notre nouvelle collection est en ligne et 10% des ventes seront reversés au fonds d’aide d’urgence mis en place pour la fondation des hôpitaux de France qui permet d’apporter un soutien financier rapide et concret”. Triste, pathétique ! Dommage…

 

  

 

 

 

Publié dans A voir vite | Laisser un commentaire

Coronavirus : Saint James lance des masques

Coronavirus. Saint James se lance dans la production de masques de protection pour le personnel hospitalier. (communiqué de presse)

Les Tricots Saint James transformeront leur activité pour confectionner de masques de protection à destination du corps paramédical.

Ayant réussi à obtenir le matériel nécessaire par la coopérative Isigny Sainte-Mère, l’entreprise revoit sa chaîne de production afin de se mobiliser dans la lutte contre le coronavirus, tout en prenant soin de respecter les mesures de sécurité pour son personnel.

Ces masques sont destinés aux services supports du personnel soignant et seront fournis en priorité aux centres hospitaliers locaux et Ehpad.

Ces masques de protection sont en coton lavable et se composent de trois couches : une couche de tissus coton, un molleton et une couche supplémentaire de tissus coton.

Saint James entend « agir en région » en actionnant la chaine de solidarité du textile pour venir en aide aux services de santé qui font face à une pénurie de masques.

Publié dans A voir vite | Laisser un commentaire

Un pop-up store inattendu…

La phrase qui m’a clouée cette semaine et qui n’a rien à voir avec les soldes : “CE N EST PAS PARCE QUE LA BOUTIQUE EST FERMEE QU ON NE PEUT PAS OUVRIR UN POP UP STORE AILLEURS”.

Je déjeunais chez Carette, place du Trocadéro, avec Djenaba une amie rencontrée à l’adolescence (l’adolescence n’est pas une boîte de nuit mais un état entre deux états. Bref..). Nous avons fait le bilan de nos 30 dernières années et nous sommes arrivées au chapitre du sexe.

Moi :-Oui, mais bon, toi tu as ton mari depuis 20 ans. Donc, voilà, on peut supposer que tu as, pardon que vous avez ensemble des relations régulières. A défaut d’être régulières, elles sont existantes. Et si elles n’existent pas il y a la tendresse, l’affection…/

Djenaba :- Mais pas du tout ! Non, non, non ! Moi, j’ai fermé la boutique depuis longtemps. C’est fini tout ça/

Moi : – Ah bon ? Mais comment peut-on se passer de peau, d’odeurs, de vibrations, du souffle…Moi, je ne pourrais pas/ Djenaba :-Mais ce n’est pas parce que la boutique est fermée qu’on ne peut pas, de temps en temps, ouvrir un pop-up store ailleurs”🙃

Publié dans Drôle d'humeur | Marqué avec , , | Un commentaire

Cinéma : on voit quoi ce week-end ?

On va voir quoi au cinéma ce week-end ? La lutte des classes avec Leïla Bekhti et Edouard Baer, Chamboultout avec José Garcia et Alexandra Lamy ou Blanche comme neige avec Isabelle Huppert ?

Au cinéma cette semaine rien que des stars. Lesquelles suit-on ? Lesquelles oublie-t-on ? Il n’est pas nécessaire de suivre les pitreries de José Garcia devenu aveugle dans CHAMBOULTOUT. Personnage sans filtre mais pas sans odorat depuis son accident de scooter, José Garcia passe son temps (et nous fait perdre le nôtre) à dire tout haut ce qu’on n’oserait penser tout bas. Et saute sur tout ce qui est comestible. Sa femme ne l’étant pas, c’est un autre qui s’emploie à dire à Alexandra Lamy combien elle est désirable. Oh lala, mais que sont-ils donc allés faire dans cette galère ? Michael Youn, regard hagard, s’enlise dans un rôle mal écrit. Alexandra Lamy est sous exploitée. Non, inexploitée. Anne Marivin sacrifiée. Pas drôle et pénible de voir ces rois de la comédie si mal servis dans un film qui est tout sauf du cinéma.

Je me suis ennuyée devant BLANCHE COMME NEIGE d’Anne Fontaine. De belles images, quoique plombées par de trop nombreuses références (Hitchcock par-ci, David Lynch par-là), deux sublimes actrices (Isabelle Huppert et Lou de Laage) , 7 nains très typés (mention spéciale à Jonathan Cohen, Benoît Poolvoerde et Vincent Macaigne..) mais un scénario peu convaincant. La seule originalité ? Blanche neige se donne à qui la veut et surtout à qui elle veut. Sur les 7 nains, je vous laisse deviner lesquels auront ses faveurs. Un peu plus de 4 et un peu moins de 5. Il faut voir le film pour comprendre.

J’ai adoré LA LUTTE DES CLASSES de Michel Leclerc qui avait conquis la critique, le public et les César avec Le nom des gens. Drôle, percutant, parfois grinçant, son nouveau film se moque intelligemment des bobos. Et de chacun de nous, bobos ou pas. On y suit un couple plutôt cool (elle, avocate, fille de parents maghrébins a grandi dans une cité; lui, né de parents français, est le batteur un peu oisif d’un ancien groupe de rock culte) qui quitte son appart parisien pour une maisonnette à Bagnolet. Cette nouvelle installation et notamment la scolarisation de leur fils va faire vaciller leurs convictions et certitudes…Edouard Baer est épatant, c’est une banalité de le dire. Leïla Bekhti toujours juste. Mention spéciale à Baya Kasmi qui co-signe le scénario et interprète une institutrice rongée par le politiquement correct. Ramzy, en directeur d’école dépassé mais optimiste, trouve enfin un rôle à sa mesure. Eye Haïdara, révélée par Le sens de la fête, confirme ses talents de newcomer prometteuse. Laurent Capelutto est incroyable en voisin juif qui édifie un mur, pose des leurres et des caméras pour contrer ses ennemis. Réels ou imaginaires. Et je ne vous dirai pas ce qu’une femme en burqa peut faire d’héroïque…C’est riche, coloré, inattendu, malin, drôle… Enfin une comédie digne de ce nom! Allez-y vite avant qu’elle ne soit enterrée par celle, à venir, d’Olivier Baroux (réalisateur des Tuche) dont Kad Merad tient le rôle principal et co-signe le scénario. Je ne l’ai pas vue, mais Kad Merad étant un champion du box-office, je ne sais si le couple Bekhti/Baer résistera…

Publié dans A voir vite | Laisser un commentaire

Celle que vous croyez. On y va ?

Le film CELLE QUE VOUS CROYEZ de Safy Nebbou avec Juliette Binoche vient de sortir. On va le voir ou pas ?

Le film CELLE QUE VOUS CROYEZ de Safy Nebbou avec Juliette Binoche, François Civil, Guillaume Gouix, Nicole Garcia et Charles Berling m’a fait oublier le décevant Destroyer de Nicole Kidman.

Claire (Juliette Binoche), quinqua divorcée, mère de deux enfants et prof de lettres à la fac, vient de se faire larguer par son jeune amant Ludo (Guillaume Gouix). Elle espérait une histoire solide; lui ne la considère pas plus qu’une relation de passage. Vexée, elle pense se rapprocher de lui en se créant un faux profil sur FB. Claire devient Clara, une bombe de 24 ans, stagiaire dans le milieu de la mode. Mais c’est Alex(François Civil) copain et coloc de Ludo qui mord à l’hameçon.

Jeux de l’amour mais pas du hasard, jeux de dupes entre adultes consentants qui s’abîment dans une relation virtuelle entamée sur Facebook, prolongée par SMS et appels téléphoniques. A force de se toucher sans jamais se rencontrer, on finit par se heurter. Malin et même pervers CELLE QUE VOUS CROYEZ  est presque un thriller sentimental qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière scène. Juliette Binoche, qui a tendance à tourner beaucoup, beaucoup (comme Isabelle Huppert) n’est, cette fois-ci, ni dans l’économie de son jeu ni dans le débordement. Elle est juste…juste. Et rayonnante dans toutes les phases du personnage qu’elle incarne : de la quinqua larguée puis redorée par l’amour à la jeune femme experte des réseaux sociaux. Pas une seconde d’ennui dans la narration de ces liaisons dangereuses contemporaines inspirées du roman de Camille Laurens. A VOIR, évidemment.

Publié dans A voir vite | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Michel Herbelin montre la vie en rose

MICHEL HERBELIN nous montre la vie en rose en proposant trois jolis modèles Antarès à adopter avant tout le monde comme pour annoncer le printemps.

Michel Herbelin réf COF.17443/01

MICHEL HERBELIN rhabille l’iconique montre Antarès pour l’hiver. Tout de rose vêtu, ce modèle est devenu en une vingtaine d’années LA référence de toutes les femmes élégantes en quête d’un luxe accessible. Un classique qui se réinvente chaque année. Rappelez-vous la délicieuse collection Tutti Frutti de l’an dernier ! Proposée avec trois boîtiers différents : en forme de lyre (diamètre : 30 mm. Etanche 50 m), de rectangle (19,1 x 32,35 mm. Etanche 30m ) ou de rond (diamètre : 29 mm. Etanche 50 m) et trois nuances de rose (poudré, orchidée et fuchsia), c’est la montre qui annonce les beaux jours.

Michel Herbelin réf COF.17048/01

Lassée des bracelets au cuir noir, caramel, café ou taupe ? C’est l’occasion ou jamais de succomber à l’une de ces trois Antarès en pensant au printemps, à l’été, au soleil et à l’effet de cette couleur rose vitaminée sur votre peau hâlée.

Montre Antarès  à bracelet interchangeable de Michel Herbelin: 550 €  en coffret avec un bracelet supplémentaire. Bracelet rose interchangeable supplémentaire en cuir simple :  90 €. Bracelet rose interchangeable supplémentaire en cuir à double tour : 120 €. Cadran argenté avec chiffres romains (pour les modèles rectangulaire et rond) et argenté guilloché soleillé au centre avec chiffres romains (pour la lyre).

Michel Herbelin réf COF.17447/08

Les montres Michel HERBELIN sont distribuées chez les horlogers-bijoutiers et dans les grands magasins.

INFO POINT DE VENTE : 03 81 68 67 67  www.michel-herbelin.com

 

 

 

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Destroyer un film mal inspiré

DESTROYER, le nouveau film de Nicole Kidman sort le 20 février. L’affiche annonce une “Nicole Kidman comme vous ne l’avez jamais vue“. Autant ajouter qu’on ne souhaite surtout plus la revoir ainsi.

 

Faut-il aller voir DESTROYER  film de Karyn Kusama avec Nicole Kidman ? NON. Sauf s’il pleut et qu’on n’a pas trouvé meilleur abri qu’une salle de cinéma.

Flic paumée et alcoolo, séparée de son compagnon et rejetée par sa fille de 16 ans, Erin (Nicole Kidman) agent du LAPD (Los Angeles Police Department) erre comme une âme en peine à la recherche de Silas, un malfrat dont elle a infiltré le gang une quinzaine d’années plus tôt et qu’elle veut punir. Silas a sur les mains le sang des employés d’une banque tués lors d’un hold-up et celui d’un agent du FBI petit copain de Kidman.

DESTROYER est un film mal  inspiré et construit. Proposé comme un monotone va-et-vient entre le passé de l’agent qu’elle a été et la policière solitaire usée et désabusée qu’elle est devenue. Maquillée à outrance pour imprimer les outrages du temps et les ravages de la boisson, Nicole Kidman ressemble davantage à un zombie échappé du Thriller de Michael Jackson qu’à une héroïne dont on aimerait suivre le combat. A vrai dire, elle est plus destroyed (détruite) que destroyer (destructrice).

Transformation physique, héroïne confite dans sa culpabilité et à la recherche d’une rédemption… pfuff. DESTROYER est typiquement le genre de rôle qu’on accepte en se disant qu’il recueillera un Oscar. Las, il n’y a pas de scénario et la fin est tellement prévisible qu’on ne regrette pas que les mangeurs de popcorn raclent le fond de leur cornet avec force bruits. Allez, next!

Publié dans Coups de cœur | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Mais qui relit les dialogues des séries ?

Mais qui relit les scénarios et dialogues des séries télé ? C’est une vraie question.  Si certains spectateurs se focalisent sur l’action et elle seule; moi, ce sont les mots, leur agencement et leur sens qui m’interpellent d’abord…

Cassandre © France 3

Et ça m’incite de plus en plus souvent à cesser de suivre des téléfilms ou séries pour lesquels j’avais, au départ, un intérêt.

Quand je regarde CASSANDRE sur France 3 -avec la trop rare Gwendoline Hamon-, j’ai le poil qui se hérisse en entendant la comédienne Emilie Gavois-Kahn dire à Alexandre Varga : “Au vu de votre INCLINAISON pour elle, vous n’êtes pas le mieux placé pour évaluer la culpabilité de son ex”. 😏Non, mais on est sur le service public !!!! Qui doit-on blâmer ? L’auteur des dialogues qui ne consulte pas de dictionnaire ? Le producteur qui valide lesdits dialogues ? Le diffuseur qui accepte le programme ?

Certes, la série est tournée en Savoie et donc en altitude mais n’y a-t-il pas quelqu’un pour leur dire que la pente a une INCLINAISON et qu’un être humain peut avoir une INCLINATION pour son boss, le whisky et plein d’autres choses ? Apparemment, le dialoguiste n’a aucune inclination pour le français. C’est mon humeur du dimanche à 4h55.

 

Publié dans Drôle d'humeur | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Quinola Mothergrain le partenaire de nos repas healthy

Quinola Mothergrain, gamme de produits à base de quinoa, élargit son offre avec des galettes. Des recettes idéales pour les adeptes d’une food healthy, bio et sans gluten.

A chaque nouvelle année ses nouvelles résolutions. Si se (re)mettre au sport et attaquer un régime font partie des priorités de nombreuses Françaises, avoir une alimentation saine arrive en 4 ème position sur la liste de leurs vœux. Juste après l’envie de “positiver davantage”*. Se pose alors la question du choix des bons produits, de la bonne méthode à adopter.

Parmi la pléthore de produits proposée dans les commerces, j’ai trouvé intéressante la gamme Quinola Mother Grain, spécialiste du quinoa bio, sans gluten, équitable et vegan. Et particulièrement leur nouveauté : les galettes au quinoa et aux légumineuses. Idéales pour les pauses gourmandes et pour le snacking sain, elles sont plus goûteuses que les galettes de riz  et surtout dotées d’un index glycémique plus faible. Riches en protéines végétales, on les mangera nature ou accompagnées d’un peu de confiture, de miel ou de fromage.

Craquer pour les galettes sera l’occasion de découvrir les autres produits de Quinola Mother Grain élaborés à partir de graines de quinoa provenant du Pérou mais aussi de France. Des produits adaptés à chaque moment de la journée et aux habitudes de chacun. Aux plus pressés d’entre nous, Quinola Mother Grain propose Express Quinoa. Disponible en 9 recettes (dont Légumes du Soleil, Pois chiches à l’Indienne, Pois cassés etc…), ce sont des sachets de quinoa précuit à réchauffer au micro-onde ou à la poêle en deux minutes. On peut également les consommer froid.  “Avec ses sucres lents, explique James Livingstone-Wallace, fondateur de la société, le quinoa vous rassasie pour longtemps. Et comme il est sans gluten ni cholestérol, il convient à ceux qui suivent un régime spécifique”.

Pour éduquer le palais des enfants aux légumes, on adoptera Quinoa Kids disponible en  3  saveurs : Thaï, Méditerranéenne et Tex Mex. La marque n’a pas oublié les tout petits auxquels elle propose Baby Quinoa, une alternative aux pt’tits pots grâce à cinq recettes également précuites : Patate douce et betteraves, Carottes et Lentilles, Petits pois, épinards et panais, entre autres…

Ceux qui, comme moi,  préfèrent cuire le quinoa, opteront pour la gamme Quinoa simple. Disponibles en 4 versions (rouge, blanc, noir cultivés au Pérou et le quinoa 100% complet cultivé en France par des coopératives situées en Anjou), ces formules-là se cuisent à l’eau (14mn) ou à la vapeur (un peu plus long mais tellement meilleur)  et constituent des repas simples, sains et équilibrés.

Très appréciée des consommateurs, la marque Quinola Mothergrain a été auréolée de plusieurs prix. Les recettes Express Quinoa au Curcuma façon pilaf, Quinoa Express graine complète et Express quinoa à la méditerranéenne ont reçu la Médaille de bronze du concours Innovation édition 2017 organisé par la FEEF ( Fédération des Entreprises et des Entrepreneurs de France), un Great Taste Awards ainsi que le prix SIAL Innovation 2018.

Les sachets de quinoa sont vendus entre 2,19€ et 3,59€ selon les recettes et les lieux de vente.

Où trouver Quinola Mothergrain ? Dans des magasins bio comme Bio C’Bon et Carrefour Bio. Egalement au rayon bio des GMS : Carrefour, Géant Casino, Monoprix. Sur les sites Internet  : Amazon, OOshop, Greenweez, Morrisons.

*Enquête réalisée par Newpharma  avec l’institut Toluna sur les bonnes résolutions des Français pour 2018.

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Agatha célèbre la Saint-Valentin

Agatha invite les plus romantiques à sceller leur histoire en offrant de l’amour et des cœurs. Grands ou petits, l’essentiel étant qu’ils portent de généreux sentiments.

 

LOVERS, bracelet rigide, gravure «amour», argent véritable émail et oxyde de zirconium. Agatha, 59 €

On avait laissé la maison Agatha à l’orée d’une forêt luxuriante,  avec la collection Botanic éditée pour les fêtes de Noël. La revoilà avec une collection toute en finesse, légèreté et pleine d’un romantisme qui ravira les fans de cette maison qui aura 45 ans cette année. Fidèle à sa politique de prix abordables, Continuer la lecture

Publié dans Plaisirs Essentiels | Marqué avec , | Laisser un commentaire